actualités 15 | 01 | 2009

Le paquet phyto « salué » à Paris par Jean-Michel Lemétayer, mais « accueilli avec un sentiment mitigé » à Bruxelles par le Copa présidé par le même M. Lemétayer

« Nous constatons, et non sans préoccupation, que la décision prise par le Parlement concernant certains critères d’exclusion, ne repose pas sur une évaluation solide et basée sur le risque. La décision d’aujourd’hui se traduira également par la disparition d’un nombre de substances actives sur lesquelles les agriculteurs comptent pour éviter tout phénomène de résistance et pour veiller à la sécurité des cultures ». Cette déclaration ne provient pas des bureaux de Syngenta, de Bayer ni de BASF Agro. Elle a été rédigée par le Copa-Cogeca (l’association qui réunit les coopératives et les syndicats agricoles européens), à l’issue du vote du Parlement européen sur les produits phytosanitaires, le 14 janvier 2009. Le secrétaire général du Copa-Cogeca, Pekka Pesonen, a souligné l’urgence d’effectuer « une évaluation d’impact détaillée pour avoir une idée de toutes les implications qu’aura la décision prise ce jour ». Bref, à Bruxelles, le paquet phyto a plutôt été accueilli avec « un sentiment mitigé » par « la voix unie des agriculteurs et de leurs coopératives dans l’Union européenne », dont la présidence est assurée jusqu’en avril 2010 par Jean-Michel Lemétayer.

Cette réaction est d’autant plus curieuse qu’à l’occasion de ses vœux à la presse, le même jour à Paris, le même Jean-Michel Lemétayer a « salué » le vote européen sans émettre la moindre réserve. Le président de la FNSEA s’est au contraire félicité de constater que le paquet phyto a « pour intérêt principal de constituer un effort d’harmonisation européen au moment même où la France va mettre en œuvre le Grenelle de l’environnement ». Alors que du côté du Copa-Cogeca, on s’interrogeait plutôt sur « les conséquences par rapport aux importations en provenance de pays non européens ».

Au final, la position européenne du Copa-Cogeca semble plus proche de celle de l’UIPP – qui s’inquiète surtout de l’exclusion sur la seule base du danger de certaines matière actives dont l’évaluation a déjà été réalisée par les autorités compétentes – que de la position officielle française du président de la FNSEA. Ce qui n’empêche pas Jean-Michel Lemétayer d’indiquer – dans une note à diffusion restreinte – vouloir rester très vigilant sur les critères d’exclusion. Il y affirme sa volonté d’utiliser autant de fois que nécessaire le système dérogatoire prévu pour éviter les impasses techniques.

---

COPA - Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne
COGECA – Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne
UIPP - Union des industries de la protection des plantes

pesticides

Articles analogues