Abeilles : l’étude qui ébranle les certitudes de la Confédération paysanne

Il a fallu plus de deux mois après la sortie du livre Abeilles, l’imposture écologique, pour que la Confédération paysanne réagisse enfin. Cependant, son communiqué, daté du 30 janvier 2007, est bien mal avisé. A triple titre.

Premièrement, deux apiculteurs bien connus pour leur positionnement virulent dans l’affaire du Gaucho et du Régent TS affirment que l’auteur du livre serait l’instrument d’une « grossière tentative de manipulation du lobby agro-industriel ». Bigre ! Voilà des accusations qui mériteraient d’être quelque peu étayées. A moins qu’elles ne soient qu’un pur fantasme conspirationniste aux limites de la diffamation…

Deuxièmement, les auteurs du communiqué rabâchent un refrain bien connu, qui apparaît aujourd’hui particulièrement simpliste au regard des multiples publications scientifiques internationales – [espagnole, suisse, belge et allemande
->http://www.affaire-gaucho-regent.com/etudes_abeilles.php] (1) – : le Gaucho et le Régent TS seraient la seule et unique cause des problèmes de mortalités d’abeilles, et nous autres, Français aurions tout compris, alors que le monde entier persiste dans son ignorance !

Troisièmement, pour éliminer toute autre explication possible, les auteurs – qui ne sont pas des spécialistes de la pathologie des abeilles – affirment qu’« aucune maladie, même des plus graves, ne peut provoquer la disparition de la quasi-totalité des butineuses en l’espace de quelques jours ». Argument capital dans l’accusation contre les pesticides, présenté par la Confédération paysanne comme « un fait incontestable ». Or, c’est précisément le contraire que viennent de prouver Mariano Higes, Garcia-Palencia Pilar, Martin-Hernandez Raquel et Meana Aranzazu ! (2). Après avoir infecté plusieurs lots de 20 abeilles saines avec un protozoaire de type Nosema ceranae, ces chercheurs espagnols ont en effet pu constater qu’à partir d’une certaine température – nécessaire à la germination des spores -, « toutes les abeilles atteintes de la Nosemose ceranae mourraient au bout de 8 jours ». Ils en ont conclu qu’« il est possible que les symptômes de dépopulation d’abeilles observés depuis quelques années dans plusieurs pays européens soient apparentés à l’infection de la Nosemose ceranae ». Prudents, les chercheurs espagnols notent toutefois que « des études sur le terrain avec des colonies infectées sont nécessaires pour confirmer cette hypothèse ».

Cette étude a été validée par un comité d’experts avant publication dans la revue scientifique Journal of Invertebrate Pathology, et relue par l’un des plus grands spécialistes de la pathologie des abeilles, le Pr Ingemar Fries, du Département d’entomologie de l’Université suédoise d’Uppsala. Après les récentes révélations du livre Abeilles, l’imposture écologique, elle jette un nouveau pavé dans la mare du lobby anti-Gaucho-Régent.

(1) : voir à ce sujet : [www.affaire-gaucho-regent.com->
http://www.affaire-gaucho-regent.com/etudes_abeilles.php]

(2) : Experimental infection of Apis mellifera honeybees with Nosema ceranae, J. Invertebr. Pathol, (2006).

Derniers articles

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Irrigation, passons aux actes pour des exploitations durables rappelle Jean-Marc Scwartz de AGPM maïs

Jean-Marc Schwartz, secrétaire général adjoint de  @agpm_mais : Irrigation après les belles paroles, il est temps de passer aux actes pour avoir des exploitations durables Il...

La fausse bonne idée de la fin des emballages plastiques

« La colère gronde chez les industriels du plastique et dans la filière des fruits et légumes opposés à la fin des emballages plastiques...

Dans la même rubrique

Piteuse année pour l’apiculture française

L’année 2021 restera dans les annales de l’apiculture comme l’une des pires en raison d’un climat défavorable à la floraison, entraînant un manque de...
Quitter la version mobile