Réchauffement climatique : le Canard Enchainé se casse le bec

«N’en déplaise à Claude Allègre, le réchauffement climatique se fait sentir jusqu’au fond du cornet de frites », peut-on lire dans un article non signé du Canard Enchaîné paru le 14 mars 2007. L’auteur en veut pour preuve que le « coup de chaud de juillet dernier a rabougri les pommes de terre dans lesquelles on taille les frites ». Conséquence : ces gros calibres se négocient désormais à 360 euros la tonne, soit plus du double qu’il y a un an. L’hebdomadaire satirique, excellent lorsqu’il s’agit par exemple de calculer les vrais montants de l’ISF qu’auraient dû payer Sarkozy, Royal et consorts, semble beaucoup moins à l’aise en ce qui concerne les bases élémentaires de l’agronomie ! Car ce n’est pas tant le manque d’eau de juillet dernier que le coup de froid et d’humidité qui a sévi en août qui a ratatiné les patates ! « La pomme de terre est une plante crédule, et lorsqu’il pleut, elle se croit au printemps, ce qui explique qu’en août dernier, les tubercules se sont vidés au profit de nouvelles repousses. Ce phénomène bien connu, et qui s’appelle “stress thermique”, fait en sorte que les patates se recroquevillent », explique Frédéric Jaubert, directeur général de McCain France, le plus gros producteur de frites de l’Hexagone. Du coup, la récolte européenne 2006 a été la plus mauvaise de ces 25 dernières années, avec des volumes en chute de 25 à 30 % sur les gros calibres, et un rendement à l’hectare qui a baissé de 16 % aux Pays-Bas et jusqu’à 21% en Allemagne.

N’en déplaise donc à l’hebdomadaire de la rue St Honoré, ce n’est pas le « réchauffement climatique » qui a donné le coup de grâce à la patate ! D’ailleurs, en 2003, vraie année de canicule, il y a eu surproduction de pommes de terre, ce qui a entraîné les prix vers un plancher de 35 euros la tonne, soit dix fois moins qu’aujourd’hui !

A sa décharge, il faut admettre que le journaliste du Canard n’est pas le seul à s’être « planté ». Dans une chronique parue le 27 février dans le Monde Economique, Marie-Béatrice Baudet avait également expliqué que « la pomme de terre, comme les ours blancs, souffre du réchauffement climatique ». On finirait par croire que celui-ci est devenu pour certains une véritable obsession…

Derniers articles

milidou vigne cuivre credit @AEGRWmilidou vigne credit @AEGRW

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...
ecologie politique radical

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...
conflit interet glyphosate

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Irrigation, passons aux actes pour des exploitations durables rappelle Jean-Marc Scwartz de AGPM maïs

Jean-Marc Schwartz, secrétaire général adjoint de  @agpm_mais : Irrigation après les belles paroles, il est temps de passer aux actes pour avoir des exploitations durables Il...
fruits emballage plastique2

La fausse bonne idée de la fin des emballages plastiques

« La colère gronde chez les industriels du plastique et dans la filière des fruits et légumes opposés à la fin des emballages plastiques...

Dans la même rubrique

Arrêt sur images dénonce la complicité de certains journalistes avec L214

Arrêt sur images (ASI) a récemment mené l’enquête sur les « relations étroites, complices, nouées » par certains journalistes avec l’association antispéciste L214, accusant...