A l’origine des visuels de FNE…

Afin d’élargir sa base de cotisants (moins de 2 % de son budget), France Nature Environnement a décidé de se payer les services de Mediaprism (25 millions d’euros de CA en 2008). Un choix stratégique qui s’explique par l’expertise de cette agence parisienne, qui dispose depuis sa fusion avec Matching, en 2008, d’un pôle de collecte de fonds baptisé « Ethic Marketing & Fundraising ». Mediaprism a donc conçu et réalisé les différents visuels chocs, dont trois ont été recalés par la RATP en raison de problèmes éthiques ou légaux qu’ils posaient. Sur les trois restants, à savoir un épi de maïs transformé en revolver, trois steaks nourris aux OGM, et une tête de mort, le premier est sans commune mesure le plus créatif. Sauf que l’idée ne vient pas de l’équipe de Jean-Marc Gabon, directeur de création de l’agence. Elle n’a fait qu’un simple copie-collé d’une affiche de… 2004 élaborée par Les Verts européens.

Certes, le budget total consacré par FNE pour la campagne publicitaire et pour la collecte de cotisation n’était pas très conséquent : « à peine » 170.000 euros (ce qui représente néanmoins plus du total de la subvention accordée par le ministère de l’Agriculture à FNE et plus de trois fois les recettes actuelles des cotisations) ! Heureusement, Mediaprism peut compter sur d’autres clients. Notamment du monde agricole. Comme par exemple l’Union nationale interprofessionnelle cidricole qui vient de lui accorder un budget de 3,6 millions d’euros afin « d’améliorer l’information et la connaissance des consommateurs sur les cidres de France (notamment qualités, bénéfices produits, diversité des modes de consommation…), de renforcer la présence à l’esprit du cidre, et de stimuler la demande pour développer la consommation (consommateurs existants et recrutement) ».

Lire aussi :

Touche pas à mes vacances bretonnes !

Campagne de FNE et du WWF : qui a copié qui ?

FNE en manque de notoriété se « paye » l’agriculture !

Derniers articles

Pesticides : encore un rapport biaisé

Un rapport publié par trois ONG tente de convaincre que le coût économique des pesticides serait, pour les consommateurs, de loin supérieur aux bénéfices....

Planet-score : un étiquetage conçu par et pour le bio

Afin de préserver la belle image de ses produits, le lobby du bio lance un nouvel étiquetage baptisé Planet-score. Retour sur sa genèse Le ralentissement...

Les NBT vont-elles rendre la transgénèse obsolète ?

Souvent présentées comme une alternative à la transgénèse, les NBT n’ont pourtant pas vocation à les remplacer. Entretien avec Agnès Ricroch et Marcel Kuntz,...

Le cadre juridique est le principal obstacle au développement des NBT, selon Claude Tabel

À l’occasion des journées de l’UFS (Union française des semenciers), son président Claude Tabel a fait le point pour A&E sur la question des...

« Don’t Look Up » : la technologie, seul espoir

Depuis sa sortie, le 24 décembre, le film d’Adam McKay Don’t Look Up fait un tabac sur Netflix, notamment auprès des écologistes. Il propose une satire...

Dans la même rubrique

Le mariage du bio-business avec le business du New Age

Les théories ésotériques sont-elles inscrites dans l’ADN du mouvement de l’agriculture biologique ? La réponse est incontestablement affirmative En écho aux thèses loufoques sur les « forces cosmiques »...
Quitter la version mobile