Un Green Deal marqué par la décroissance

Après de longs mois d’attente, l’exécutif européen a enfin présenté les deux derniers piliers de son Green Deal : ceux concernant sa politique agricole et la biodiversité. Or, au prétexte de vouloir défendre une « croissance durable », l’équipe d’Ursula von der Leyen propose plutôt un projet de décroissance qui semble être une copie conforme tirée du programme agricole de l’aile la plus radicale de l’écologie politique. Surfant sur la crise du Covid-19, aujourd’hui invoquée – avec le réchauffement climatique – comme le nouveau prétexte pour tout changement, la Commission souhaite « prévenir l‘apparition de futures épidémies ». De ce fait, elle s’engage, sous couvert de perte de biodiversité, à réduire de 10 % la surface agricole européenne, alors que le Covid-19 est apparu… en Chine ! En ajoutant l’objectif d’une conversion de 25 % des terres agricoles en bio, alors qu’elles représentent aujourd’hui à peine 7,5 %, il restera de moins en moins de terres cultivables pour produire les denrées alimentaires indispensables à l’immense majorité des consommateurs européens. C’est-à-dire ceux qui ne se précipitent pas dans les magasins bio, surtout à la mode dans les centres urbains.

Lire aussi : L’origine des fausses affirmations concernant le prétendu lien entre coronavirus et perte de biodiversité

Et ce n’est pas tout ! Voilà que la Commission s’engage également à procéder à une restriction drastique des moyens de production : 50 % de réduction pour « l’utilisation des pesticides et des risques qui leur sont associés », au moins 20 % de réduction pour l’utilisation de fertilisants, et une baisse de 50 % des ventes d’antimicrobiens utilisés pour les élevages et l’aquaculture. Comme elle reste silencieuse sur le rôle des nouveaux outils de sélections variétales (principalement l’édition génomique), on conçoit difficilement comment l’agriculture européenne pourrait devenir plus autonome, et répondre à la priorité affichée d’une « souveraineté alimentaire européenne ».

Cela n’a pas échappé aux producteurs de grandes cultures (AGPB, AGPM, CGB et FOP) qui, dans un communiqué de presse commun, estiment que « cette stratégie pourrait se traduire par une baisse de 30 % en moyenne des volumes de céréales, d’oléoprotéagineux et de betteraves sucrières », avec en valeur une baisse encore plus forte en raison des pertes de qualité et des risques sanitaires accrus.

Produire moins : tel est donc le nouveau credo de la Commission, qui semble ignorer que, si la Chine possède un stock de céréales pour faire face à ses besoins pendant un an, si la Russie et les États-Unis se sont assurés une sécurité alimentaire stratégique de 6 mois, l’Union européenne a de quoi tenir… 45 jours ! Contrairement à ce que sa posture pourrait laisser croire, l’équipe d’Ursula von der Leyen n’a donc tiré aucun enseignement de la crise du Covid-19.

Derniers articles

De l’art de manipuler l’opinion avec de vraies informations

Le secteur agricole n’est pas épargné par la diffusion de fake news. Mais souvent, l’agribashing repose sur une manipulation, bien plus insidieuse, d’informations exactes En...

Les dérives de l’UFC-Que Choisir

Bénéficiant d’une réputation de fiabilité, certaines associations de consommateurs calquent leur discours sur celui d’ONG écologistes au risque de délivrer une information biaisée Selon un...

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Dans la même rubrique

La France des champs et la France des villes

Le 24 avril, les urnes ont parlé. Et, comme bon nombre de commentateurs politiques l’ont fait remarquer, la France est plus que jamais coupée en deux. D’un côté, la...
Quitter la version mobile