« Aucune étude conduite avec le Voxan n’a montré d’effets toxiques sur les abeilles », note Michel Urtizberea de BASF

URTIZBEREA_Michel_BASF_OK (1)

Intro : Michel Urtizberea, responsable du service Homologation chez BASF Agro, répond aux questions d’A&E concernant la mise en cause d’un de ses produits, le Voxan

A LIRE AUSSI : Apiculture : la curieuse affaire de Nicolas Puech

Étiez-vous au courant de la procédure juridique en Ariège, dans laquelle un de vos produits a été reconnu responsable de la mortalité d’abeilles ?

C’est par la presse que nous avons appris la décision du tribunal de Foix. Nous n’avons donc pas été sollicités pendant l’instruction dont nous n’étions pas au courant. Nous n’avons pu donner notre avis sur un produit qui est pourtant la propriété de BASF… Nous n’avons pas eu accès au dossier, ni aux expertises. Tout cela est très dommageable : comment se faire une opinion dans ces conditions ?

Excluant toute autre cause en dehors d’une intoxication, les juges ont suivi l’expertise vétérinaire qui pointe du doigt l’utilisation du voxan dans une intoxication qui aurait provoqué le dépeuplement de 24 ruches. Qu’en-pensez vous ?


En préambule à votre réponse, on ne peut que s’étonner du fait que ce cas de disparition d’abeilles n’ait fait l’objet d’aucun signalement auprès des services vétérinaires officiels, normalement contactés par les apiculteurs en cas d’incidents de ce type, ni d’ailleurs auprès du service de phytopharmaco vigilance de l’Anses. Par conséquent, il n’y a eu aucune enquête diligentée par l’État. Or, cela est indispensable pour comprendre la situation, notamment en effectuant des prélèvements pour identifier factuellement toutes les causes possibles. Seules ces enquêtes permettent de désigner la ou les causes d’une disparition massive d’abeilles parmi tous les facteurs possibles : mauvaises pratiques avec un produit toxique pour les abeilles, zoonoses, traitements anti-varroa, essaimage, etc. 


Dans le cas présent, une telle enquête n’a pas été menée, alors que notre produit semble avoir d’emblée été désigné « coupable ». Bien entendu, nous sommes très surpris de cette conclusion. D’ailleurs, n’ayant pas été contactés, nous n’avons pas pu apporter tous les éléments, qui pourtant auraient certainement disculpé ce produit auprès des juges. Car, comme le démontre son dossier d’homologation, le Voxan présente une toxicité très faible pour les abeilles. Et même en cas d’exposition directe, on n’a pas de mortalité de d’abeilles. 

Justement, lors de son homologation, le Voxan a bien été évalué sur sa toxicité envers les abeilles. Quelles ont été les conclusions ?


Pour homologuer le produit, une évaluation de l’impact sur les abeilles est indispensable et nous disposons de données claires démontrant une absence d’impact possible. À ce titre, on étudie la toxicité aiguë par voie orale et par exposition cutanée des abeilles avec le produit que l’on veut homologuer. Dans ces études, les abeilles reçoivent des quantités importantes de produit pour vérifier si le produit va les intoxiquer, voire les faire mourir. Aucune des deux études réglementaires n’a démontré d’effet du Voxan, qui est considéré comme ayant une toxicité très faible sur les abeilles. Les médicaments vétérinaires utilisés au cœur même des colonies d’abeilles par les apiculteurs sont largement plus toxiques ! Par ailleurs, pour évaluer les potentiels effets chroniques de ce même produit Voxan, BASF a conduit des études tunnels, qui consistent à mettre sous un tunnel des ruches et dans ce même tunnel de disposer d’une culture mellifère qui va être traitée par le produit que l’on souhaite évaluer, pour vérifier si, en cas d’exposition aux résidus présents sur la plante et dans la plante après pulvérisation, l’on observe un impact sur les abeilles. Dans ce type d’études, les abeilles n’ont pas d’autre choix que de butiner les cultures traitées. Ces études conduites avec le Voxan n’ont pas montré d’effets toxiques sur les abeilles adultes ou sur le couvain. L’ensemble de ces données montrent sans ambiguïté que le Voxan ne peut être responsable de la mortalité des abeilles, contrairement aux conclusions des magistrats du tribunal de Foix. En France, ce produit est appliqué sur des surfaces très significatives de céréales. Malgré ces surfaces importantes mises en œuvre depuis 6 ans, BASF n’a jamais eu aucune remontée d’incident lié à une mortalité ou disparition d’abeilles.    

Pourtant, le Voxan a été retiré du marché. C’est donc bien le signe que c’est un produit toxique ?


Le Voxan a effectivement été retiré suite à une saisine de l’Anses concernant une des substances actives contenues dans ce produit. Les raisons de ce retrait sont justifiées par un danger potentiel d’effet perturbateur endocrinien identifié par l’Anses. Ce qui a conduit – sur la base d’un danger potentiel et non pas d’un risque réel – à retirer tous les produits contenant cette substance active malgré l’absence d’alerte sanitaire et d’effet sur la santé humaine dans les conditions d’utilisation au champ. En aucune manière, le retrait du Voxan n’est lié à un quelconque effet sur les abeilles. Le lien fait par certaines ONG entre ce retrait et cette disparition subite d’abeilles est absolument faux. Cette information est disponible sur le site Ephy de l’Anses,  qui explique clairement les raisons de ce retrait.