Le piège d’un délit d’écocide version soft

Afin de mettre un terme au « banditisme environnemental », le gouvernement Castex souhaite créer un « délit d’écocide ». Ou, pour être précis, introduire dans le droit français le « délit général de pollution » et celui de « mise en danger de l’environnement ».

Exit donc le « crime d’ écocide » tel qu’il a été défini par la fondation Stop Ecocide et repris ensuite par la Convention citoyenne pour le climat (CCC). « Le coup de poker consistant à renommer le “délit d’atteinte à l’environnement” en “délit d’écocide” n’est pas digne de l’espoir que les citoyens ont placé en la parole du président et en ce gouvernement », s’indigne la présidente de Wild Legal, Marine Calmet, l’une des « expertes » qui a accompagné la CCC dans ses travaux.

Estimant que le concept de « crime d’écocide » serait automatiquement rejeté par le Conseil constitutionnel – un crime étant par définition commis contre un être humain et pas contre la nature –, le gouvernement a plutôt choisi d’aggraver les peines déjà prévues en cas d’atteintes à l’environnement. Le délit général de pollution serait ainsi passible de dix ans d’emprisonnement et de 350 000 à 4,5 millions d’euros, au lieu des peines potentielles jusqu’alors encourues d’un à deux ans de prison. Pour l’homme qui a murmuré à l’oreille de Macron l’idée de la CCC, le militant décroissant Cyril Dion, il s’agit d’un « vrai progrès ». Et on peut aisément comprendre sa satisfaction.

Néanmoins, comme le remarque Sylvain Pelletreau, avocat en droit de l’environnement au sein du cabinet Richelieu Avocats, le concept de « mise en danger de l’environnement » induits de vrais dangers. Maître Pelletreau souligne que, « anthropologiquement, la notion de mise en danger de l’environnement revient à personnifier l’environnement et à créer le crime envers une chose. C’est effacer l’homme face à la nature, et le caractériser comme destructeur ». Précisément ce que souhaite la mouvance de l’écologie radicale, incarnée par Dion et ses amis.

Et ce n’est pas tout. Le simple fait d’exposer l’environnement à un risque non encore concrétisé pourrait provoquer des poursuites au titre de sa mise en danger, à l’instar de la « mise en danger de la vie d’autrui ». « Une boîte de Pandore ! Car où commence la mise en danger ? », se demande l’avocat, qui souligne que « toute activité de l’homme ayant un impact sur l’environnement, cela revient à faire entrer dans le champ du pénal un nombre phénoménal de situations et à nous mettre tous, en permanence, en état d’infraction ».   On devine d’ores et déjà comment ce nouveau délit pourrait être instrumentalisé contre les « pollueurs », à savoir toutes celles et tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, transforment la nature.

Derniers articles

De l’art de manipuler l’opinion avec de vraies informations

Le secteur agricole n’est pas épargné par la diffusion de fake news. Mais souvent, l’agribashing repose sur une manipulation, bien plus insidieuse, d’informations exactes En...

Les dérives de l’UFC-Que Choisir

Bénéficiant d’une réputation de fiabilité, certaines associations de consommateurs calquent leur discours sur celui d’ONG écologistes au risque de délivrer une information biaisée Selon un...

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Dans la même rubrique

La France des champs et la France des villes

Le 24 avril, les urnes ont parlé. Et, comme bon nombre de commentateurs politiques l’ont fait remarquer, la France est plus que jamais coupée en deux. D’un côté, la...
Quitter la version mobile