Site icon

Glyphosate : une affaire de gros sous américains

glyphosare une affaire de gros sous

Pourquoi l’affaire glyphosate-Bayer est loin d’être close ? Tout simplement parce que des milliards de dollars sont en jeu ! Quant à l’interdiction ou non du glyphosate aux Etats-Unis, c’est le cadet des soucis des cabinets d’avocats américains…

Pourquoi faire une nouvelle édition de mon livre ?

Tout simplement parce que depuis un an, il y a eu des révélations qui ont confirmé l’hypothèse que j’avais émise à l’époque à savoir que derrière cet énorme scandale autour du glyphosate il y avais une affaire de chantage menée par des cabinets d’avocats américains. 

Bref, que c’était une histoire de gros sous, de billets verts comme je le dis dans le titre. Et effectivement, depuis l’année dernière, depuis la sortie de mon livre, on s’est aperçu que Bayer, la société qui est aujourd’hui détentrice du glyphosate était prête pour sole de tout compte, de sortir son chéquier et de faire un chèque de plus de 10 millions de dollars aux avocats américains afin de clôturer toutes les plaintes. Alors, ce qui est très intéressant là-dedans c’est que le glyphosate ne sera pas interdit aux interdit aux États-Unis. Les avocats américains veulent simplement récupérer de l’argent et on continuera à utiliser du glyphosate aux États-Unis alors que ce produit risque interdit en Europe. 

Donc, suite à cette affaire de gros sous américains, le comble du ridicule, c’est que ce sont les agriculteurs européens qui risquent d’être pénalisés si le glyphosate est effectivement interdit en Europe et qu’il reste autorisé aux États-Unis. En plus de cela, dans mon livre, je peux révéler aujourd’hui que parmi ces cabinets d’avocats qui ont mené cette affaire certains ont été depuis condamnés par le justice américaine pour corruption.

Donc, non seulement c’est une affaire de gros sous mais c’est une affaire de gros sous menée par des avocats qui, pour certains aujourd’hui, ont été condamnés pour corruption. 

Quitter la version mobile