AccueilEntretien«  Laissez-nous travailler, laissez-nous le glyphosate, pour qu’on puisse travailler sereinement »

«  Laissez-nous travailler, laissez-nous le glyphosate, pour qu’on puisse travailler sereinement »

Glyphosate : entretien de Gil Rivière-Wekstein avec Bertrand Mitard, un agriculteur céréalier de Vendée

Please accept YouTube cookies to play this video. By accepting you will be accessing content from YouTube, a service provided by an external third party.

YouTube privacy policy

If you accept this notice, your choice will be saved and the page will refresh.

Gil Rivière-Wekstein : Bertrand, tu utilises du glyphosate jusqu’à présent et qu-‘est qui se passerait si on interdisait cette mélodie pour toi ? C’est quoi la conséquence, est-ce qu’il y avait une alternative ?

Bertrand Mittard : Donc moi j’utilise du glyphosate parce que j’exploite en cultures sèches et je n’ai pas d’irrigation, donc des rotations assez courtes et on est en terre argile-calcaire superficielle. Et donc, on ne peut que très peu labourer et le ray-grass, on n’arrive pas à le détruire mécaniquement.

GRW : Qu’est-ce que le ray-grass exactement ?

BM : C’est une graminée résistance. On a du ray-grass et du vulpin résistants. Ce sont des plantes, si on ne les détruits pas au glyphosate avant le semi de la futur culture, on ne peut pas s’en débarrasser et on traîne ça jusqu’à la récolte et on a des problèmes de qualité, d’ergot sur les blés donc il nous faut absolument le glyphosate pour semer sur un terrain propre. Pour partir sur de bonne bases.

À voir aussi : Glyphosate : Pourquoi son interdiction serait une absurdité pour Mathieu, agriculteur vendéen

GRW : Et si on le retire, tu ne peux pas simplement labourer ?

BM : Dans mes terres superficielles on a 10 centimètres de terre, le labour est quasiment impossible et ces plantes sont tellement enracinées qu’il n’y a que le glyphosate qui peut nous séparer de ces mauvaises herbes

GRW : Et donc si demain matin, tu voyais Emmanuel Macron, tu lui dirais quoi ?

BM : Je lui dirais, «  laissez-nous travailler, laissez-nous le glyphosate, pour qu’on puisse travailler sereinement, et faire des produits de qualité. »

Derniers articles

Une nouvelle menace plane sur les abeilles.

Alors que la récolte de miel s’annonce plutôt en forte hausse par rapport à l’année dernière, la communauté scientifique s’alarme de l’émergence d’un nouveau...

Apiculture : un nouveau virus menace les colonies d’abeilles

Malgré de bonnes perspectives pour la récolte de miel cette année, les apiculteurs sont de plus en plus inquiets face aux risques majeurs de...

Face à la sécheresse, pourquoi l’irrigation est indispensable

A&E donne la parole aux agriculteurs. Face la sécheresse de cet été 2022, François Pétorin, agriculteur en Charente-Maritime nous explique pourquoi l'irrigation est indispensable....

L’industrie de la fertilisation : un maillon essentiel de notre souveraineté alimentaire

En marge de l’assemblée générale de l’Unifa (l’Union des industries de la fertilisation), qui s’est tenue le 16 juin, Delphine Guey, nouvellement élue présidente,...

Éco-anxiété : Au-delà des crises, comprendre la « sur-anxiété » française

La "sur-anxiété" française ( ou éco-anxiété ), juste une histoire de crises à répétition ? Et si ce mal avait (entre autres) pour origine...

Dans la même rubrique

L’industrie de la fertilisation : un maillon essentiel de notre souveraineté alimentaire

En marge de l’assemblée générale de l’Unifa (l’Union des industries de la fertilisation), qui s’est tenue le 16 juin, Delphine Guey, nouvellement élue présidente,...
Quitter la version mobile