Entretien avec Arnaud Rousseau – président du groupe Avril

Oui ou non notre pays veut-il reprendre la main sur la production de protéines ?

Pour la filière des huiles et des protéines végétales, l’enjeu des prochaines années c’est d’abord la continuité des politiques publiques et du plan protéine. C’est-à-dire, est-ce que oui ou non notre pays, notre continent, veut reprendre la main sur la production de protéine, et notamment vis-à-vis du continent américain, qui a comme conséquence d’assurer les conditions de production. Notamment la recherche semancière avec toutes les réglementations des NBT à Bruxelles, avec les moyens de production en Europe et en France, je parle de la question de l’eau, des produits phytosanitaires, je parle du foncier. Ça c’est un des deux grands enjeux.

Le deuxième grand enjeu pour les cinq prochaines années, c’est la rémunération du prix de leur production. On a là la question de la loi EGALIM2 et la négociation avec la grande distribution mais aussi l’acceptation du consommateur de payer le juste prix des produits qui sont fabriqués sur le continent européen. Je pense à l’agriculture et l’agroalimentaire. On doit redonner à l’alimentation son juste prix, on l’a trop souvent oubliée et si on veut conserver une agriculture avec de nombreux agriculteurs et de la qualité il faut qu’on accepte de la payer. Ce sera un vrai enjeu des prochaines années. 

Le troisième grand enjeu c’est de placer la souveraineté alimentaire au cœur des préoccupations. Cette question de la souveraineté alimentaire reprend corps avec le conflit ukrainien puisqu’on revient sur les fondamentaux pour n’importe quel homme sur la planète : se nourrir, se soigner, se protéger. Et ça en période de conflit cela revient très vite sur le devant de la scène. Cette souveraineté alimentaire, cela veut dire qu’il faut redonner à la France les moyens pour produire à sa population, mais on doit aussi, et c’est essentiel s’imprégner de ce qui se passe autour de nous. Je pense notamment à l’arc méditerranéen, au continent africain. Ça veut dire, d’accepter de produire en local des productions pour les français mais aussi parce qu’on a la chance d’être sous un climat tempéré avec un savoir faire agricole, une logistique et des compétences, de ce préoccuper de ceux qui n’ont pas cette chance, notamment des quelques deux milliards d’africains en 2050 qui se poseront cette question. 

Derniers articles

milidou vigne cuivre credit @AEGRWmilidou vigne credit @AEGRW

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...
ecologie politique radical

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...
conflit interet glyphosate

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Irrigation, passons aux actes pour des exploitations durables rappelle Jean-Marc Scwartz de AGPM maïs

Jean-Marc Schwartz, secrétaire général adjoint de  @agpm_mais : Irrigation après les belles paroles, il est temps de passer aux actes pour avoir des exploitations durables Il...
fruits emballage plastique2

La fausse bonne idée de la fin des emballages plastiques

« La colère gronde chez les industriels du plastique et dans la filière des fruits et légumes opposés à la fin des emballages plastiques...

Dans la même rubrique

Irrigation, passons aux actes pour des exploitations durables rappelle Jean-Marc Scwartz de AGPM maïs

Jean-Marc Schwartz, secrétaire général adjoint de  @agpm_mais : Irrigation après les belles paroles, il est temps de passer aux actes pour avoir des exploitations durables Il...