AccueilEntretienEntretien avec Arnaud Rousseau - président du groupe Avril

Entretien avec Arnaud Rousseau – président du groupe Avril

Oui ou non notre pays veut-il reprendre la main sur la production de protéines ?

Pour la filière des huiles et des protéines végétales, l’enjeu des prochaines années c’est d’abord la continuité des politiques publiques et du plan protéine. C’est-à-dire, est-ce que oui ou non notre pays, notre continent, veut reprendre la main sur la production de protéine, et notamment vis-à-vis du continent américain, qui a comme conséquence d’assurer les conditions de production. Notamment la recherche semancière avec toutes les réglementations des NBT à Bruxelles, avec les moyens de production en Europe et en France, je parle de la question de l’eau, des produits phytosanitaires, je parle du foncier. Ça c’est un des deux grands enjeux.

Le deuxième grand enjeu pour les cinq prochaines années, c’est la rémunération du prix de leur production. On a là la question de la loi EGALIM2 et la négociation avec la grande distribution mais aussi l’acceptation du consommateur de payer le juste prix des produits qui sont fabriqués sur le continent européen. Je pense à l’agriculture et l’agroalimentaire. On doit redonner à l’alimentation son juste prix, on l’a trop souvent oubliée et si on veut conserver une agriculture avec de nombreux agriculteurs et de la qualité il faut qu’on accepte de la payer. Ce sera un vrai enjeu des prochaines années. 

Le troisième grand enjeu c’est de placer la souveraineté alimentaire au cœur des préoccupations. Cette question de la souveraineté alimentaire reprend corps avec le conflit ukrainien puisqu’on revient sur les fondamentaux pour n’importe quel homme sur la planète : se nourrir, se soigner, se protéger. Et ça en période de conflit cela revient très vite sur le devant de la scène. Cette souveraineté alimentaire, cela veut dire qu’il faut redonner à la France les moyens pour produire à sa population, mais on doit aussi, et c’est essentiel s’imprégner de ce qui se passe autour de nous. Je pense notamment à l’arc méditerranéen, au continent africain. Ça veut dire, d’accepter de produire en local des productions pour les français mais aussi parce qu’on a la chance d’être sous un climat tempéré avec un savoir faire agricole, une logistique et des compétences, de ce préoccuper de ceux qui n’ont pas cette chance, notamment des quelques deux milliards d’africains en 2050 qui se poseront cette question. 

Sur le même sujet :

Derniers articles

apiculture menace sur les abeilles par le varroa et un vraiant du virus des ailes déformées

Une nouvelle menace plane sur les abeilles.

Alors que la récolte de miel s’annonce plutôt en forte hausse par rapport à l’année dernière, la communauté scientifique s’alarme de l’émergence d’un nouveau...
apiculture mortalite abeilles virus ailes deformees

Apiculture : un nouveau virus menace les colonies d’abeilles

Malgré de bonnes perspectives pour la récolte de miel cette année, les apiculteurs sont de plus en plus inquiets face aux risques majeurs de...
Sécheresse pourquoi l'irrigation est indispensable parole agriculteur

Face à la sécheresse, pourquoi l’irrigation est indispensable

A&E donne la parole aux agriculteurs. Face la sécheresse de cet été 2022, François Pétorin, agriculteur en Charente-Maritime nous explique pourquoi l'irrigation est indispensable....
L'industrie de la fertilisation maillon essentiel de notre souveraineté alimentaire

L’industrie de la fertilisation : un maillon essentiel de notre souveraineté alimentaire

En marge de l’assemblée générale de l’Unifa (l’Union des industries de la fertilisation), qui s’est tenue le 16 juin, Delphine Guey, nouvellement élue présidente,...
l'éco-anxiété comprendre cette sur anxiété française

Éco-anxiété : Au-delà des crises, comprendre la « sur-anxiété » française

La "sur-anxiété" française ( ou éco-anxiété ), juste une histoire de crises à répétition ? Et si ce mal avait (entre autres) pour origine...

Dans la même rubrique

L’industrie de la fertilisation : un maillon essentiel de notre souveraineté alimentaire

En marge de l’assemblée générale de l’Unifa (l’Union des industries de la fertilisation), qui s’est tenue le 16 juin, Delphine Guey, nouvellement élue présidente,...