La France des champs et la France des villes

Le 24 avril, les urnes ont parlé. Et, comme bon nombre de commentateurs politiques l’ont fait remarquer, la France est plus que jamais coupée en deux. D’un côté, la France des villes, qui a largement profité des bienfaits de la mondialisation avec son pouvoir d’achat en hausse, et de l’autre, la France des champs, dont les difficultés s’accumulent depuis plusieurs décennies. Cette dernière a largement voté pour Marine Le Pen, tandis que les électeurs des villes se sont très majoritairement reportés sur Emmanuel Macron.

On observe donc en France le même phénomène qu’aux États-Unis, qui connaissent une polarisation similaire de la population, avec une franche radicalisation des opinions et des discours. En France, cette radicalisation a déjà fait quelques victimes : le parti des Républicains et le Parti socialiste en premier lieu, mais aussi le parti écologiste, qui, suite à ses excellents résultats aux élections européennes  – 3 millions de voix et 13,47% des suffrages – se voyait déjà à la tête d’une grande coalition d’une gauche recomposée. Son score décevant de 4,63% – et la perte de 1,4 million de suffrages – ne lui donne cependant aucun autre choix politique que de se rallier à La France Insoumise. La direction d’EELV se justifie en indiquant qu’un « grand nombre de points de convergence » ont « été actés » au cours des discussions, dont l’objectif du « 100% renouvelables », la baisse de « 65% de gaz à effet de serre d’ici 2030 », « la sortie du nucléaire » et, bien entendu, la fin de l’agriculture dite « productiviste ». 

Il serait donc illusoire de penser que le faible score de la liste écologiste signe la fin de l’écologie politique. Bien au contraire : la surenchère déclarée entre les candidats Mélenchon et Jadot dessine désormais le projet écologiste le plus radical proposé par un parti politique français.

Et du côté du président Macron, l’avenir semble également être marqué du sceau de l’écologie. « La politique que je mènerai dans les cinq années qui viennent sera écologique ou ne sera pas », a-t-il ainsi déclaré entre les deux tours, à Marseille. Et de promettre de faire de la France « la première grande nation à abandonner le gaz, le pétrole et le charbon [sic] ». Un  Premier ministre « directement chargé de la planification écologique » – une idée clairement inspirée par Mélenchon – et « appuyé par deux ministres forts » devrait ainsi rendre son deuxième quinquennat vraiment vert. Reste à savoir si ce verdissement politique est compatible avec la principale préoccupation de la France des champs, dont les fins de mois pourraient devenir de plus en plus difficiles face à la spirale inflationniste, qui provoque déjà des effets dramatiques.

Derniers articles

L’éco-anxiété, terreau d’une radicalisation écologiste

La peur de l'apocalypse écologique se répand chez les jeunes. Phénomène inquiétant, à l'origine d'une radicalisation. Profitant du long week-end de Pâques, quelques centaines de...

Justice : la scandaleuse condamnation d’un arboriculteur

L'enquête de la journaliste du Point Géraldine Wœssner sur un arboriculteur-pomiculteur de l'Isère, condamné pour avoir répandu un produit phytopharmaceutique dans ses champs de...

Le communiqué de presse de l’Anses sur les VrTH sème la confusion

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. On a pu le vérifier une fois de plus après le communiqué de presse de...

Aymeric Caron : l’aile antispéciste et malthusienne de la Nupes

Pour les législatives 2022, l’alliance avec le parti antispéciste d’Aymeric Caron confirme que LFI n’hésite pas à courtiser l’aile la plus radicale de l’écologisme Le...

Mélenchon en « Ecolo Maximo » à la Marche contre Monsanto-Bayer

À l’occasion de la 10e édition de la Marche contre Monsanto-Bayer et l’agrochimie, Mélenchon s’est revendiqué des théories complotistes loufoques de la militante indienne...

Dans la même rubrique

Gouvernement Borne : à boire et à manger !

La nomination d’Élisabeth Borne en tant que cheffe du gouvernement est-elle une bonne chose pour le monde agricole ? S’il est encore trop tôt...
Quitter la version mobile