AccueilDécryptageInflation : entre la décroissance des écologistes et la souveraineté alimentaire, il...

Inflation : entre la décroissance des écologistes et la souveraineté alimentaire, il faut choisir !

Pour faire face à l’inflation des prix alimentaires : entre la décroissance des écologistes et une agriculture productive, il faut choisir ! Un appel aux agriculteurs pour porter le débat sur la place publique ces prochains mois

Une inflation galopante

Les vacances vont bientôt se terminer. La rentrée arrive, et avec la rentrée arrivera malheureusement aussi les problèmes auxquelles la population doit faire face. On le voit partout, c’est la question principale, c’est l’inflation, les prix qui sont en train de bondir dans tous les sens et en particulier les prix alimentaires. 

Lire aussi : La flambée des prix de l’électricité menace de nombreuses filières agricoles

Un contexte instable

Malheureusement la crise Ukrainienne se poursuit. Elle risque de durer longtemps. Nous rentrons dans une nouvelle ère, qui est une ère un petit peu de guerre froide ou plutôt de très forte de guerre froide avec les deux blocs qui sont en train de s’opposer. Ça va complexifier encore plus les relations internationales et donc le commerce international. Un élément de déstabilisation en plus qui va créer des problèmes pour la reprise économique que nous attendons tous. 

Il faut choisir !

Dans ce contexte, le choix en ce qui concerne l’agriculture, il est très simple : soit on adopte le programme écolo pour l’agriculture, qui est un programme de décroissance, qui est un programme qui va tout simplement faire en sorte qu’on va devoir importer plus de nourriture. Nous serons donc beaucoup plus dépendant du reste du monde, de ce qui se passe dans le reste du monde, dans un monde qui est en conflit. Ou bien on décide de manière ferme et résolue de mettre le paquet sur l’agriculture, non seulement pour que nous puissions augmenter notre souveraineté alimentaire, mais aussi parce que l’agriculture peut être une source de revenus considérable pour la Ferme France, pour l’économie française. Nous avons besoin d’une agriculture non seulement pour subvenir à notre propres besoins, mais aussi d’une agriculture qui est capable d’exporter et de faire rentrer de la valeur ajoutée à l’économie française. 

Pour ça, il y a des décisions à prendre. Elles doivent se prendre à l’échelle française. Elles doivent se prendre également à l’échelle européenne. Donc, j’encourage le monde agricole à se ressaisir et à faire le nécessaire pour qu’il y a ait un véritable débat dans les mois à venir et pour que l’on puisse prendre de bonnes décisions. Le parlement est l’endroit idéal pour qu’il puisse y avoir ces débats, donc aujourd’hui, c’est à vous de jouer. 

Sur le même sujet :

Dans la même rubrique

Du chèque alimentaire à la prime inflation

Le 29 juin, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a confirmé la mise en place d’une « aide alimentaire d’urgence  » en faveur des 9 millions...