AccueilDécryptageCrise agricole : ça bloque toujours du côté du Premier ministre Gabriel...

Crise agricole : ça bloque toujours du côté du Premier ministre Gabriel Attal

Lors de sa dernière conférence de presse, le Premier ministre  Gabriel Attal a égrené diverses avancées pour le monde agricole. Mais côté changement de logiciel, ça bloque toujours.

Des agriculteurs toujours en attente de mesures concrètes

A l’issue d’un entretien avec le chef de l’état, Serge Bousquet-Cassagne, qui est le président de la Coordination rurale [ du Lot-et-Garonne], a estimé qu’Emmanuel Macron avait pris «  la mesure de la situation » , ajoutant cependant, je cite : «  C’est son administration qui déconne ». A la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, c’est en effet le sentiment partagé par l’ensemble des dirigeants  agricoles, mais aussi par les agriculteurs, toujours dans l’attente de mesures concrètes. Car au-delà des discours d’intention, les signaux envoyés pour l’instant par l’exécutif ne sont clairement pas encourageant.

Ecophyto, surtranspositions, ravageurs… rien ne bouge !

Par exemple, sur Ecophyto l’objectif quantitatif, à savoir, une réduction de 50% des produits phytosanitaires d’ici 2030, reste toujours d’actualité. De même, il n’y a eu aucune mesure concrète pour supprimer certaines des surtranspositions franco-françaises. Ainsi, les arboriculteurs français vont être les seuls en Europe à ne pas pouvoir protéger leurs vergers contre un puceron ravageur, tandis que les producteurs français de cerises ne peuvent compter que sur une météo clémente pour éloigner la redoutable drosophyla susuki.  Et oui, contrairement à leurs voisins européens, ils n’ont plus d’insecticides disponibles !

— Lire aussi :
Le député Dominique Potier reconnaît les limites des indicateurs d’Écophyto

De même les producteurs de betteraves ne disposent pas des mêmes outils de protection que leurs collègues européens. Et puis, sur le dossier de l’eau, on reste toujours dans l’idée générale de sobriété, un concept imposé par les adeptes de l’écologie politique. 

Comment expliquer ce statu quo ? 

Alors comment expliquer ce statu quo ? Tout simplement par le fait que ceux qui ont concocté la version écolo-compatible du programme du candidat Macron, sont toujours à la manoeuvre, soit dans les cabinets ministériels soit dans l’administration. Il est pour le moins compliqué de demander à ces éminences vertes du président Macron d’élaborer une nouvelle feuille de route en forte contradiction avec les objectifs initiaux de transition agricole, qu’ils ont rédigés et portés depuis plusieurs années. Pour changer de logiciel il faut nécessairement faire appel à de nouveaux développeurs capables d’intégrer des algorithmes répondant aux exigences du monde agricole. C’est la condition nécessaire pour permettre au Premier ministre Gabriel Attal d’écrire ce fameux nouveau chapitre de l’agriculture qu’il a encore promis mercredi dernier  mais que ne voit pas vraiment le jour. 

Pour aller plus loin :
Derniers articles :

Dans la même rubrique

Le prêt-à-cuisiner et le prêt-à-manger : les grand défis de demain / Analyse

Le consultant en grande consommation et agro-alimentaire Philippe Goetzmann propose une analyse qui balaye les idées reçues sur cette question, et explique l’un des...

En ce moment

Restez informer en recevant régulièrement

La Newsletter A&E