Navimpex signe un partenariat avec la douane et fait… du recel de produits bio interdits !

à la une 13 | 12 | 2010

Navimpex signe un partenariat avec la douane et fait… du recel de produits bio interdits !

Le 8 décembre, l’Association pour la promotion des produits naturels peu préoccupants (Aspro-PNPP) a organisé à la mairie de Montreuil un épandage de préparations « hors-la-loi » de purin d’ortie et d’huile de neem. Un acte de « désobéissance civique » assumé, revendiqué, et même soutenu par quelques élus Verts, mobilisés pour l’occasion. « J’entends bien être un receleur », a indiqué à la presse Michel Bourgain, maire de l’Ile-St-Denis, qui a accepté les flacons de purin d’ortie proposés par l’Aspro. « Aux côtés de Michel Bourgain, les élues Vertes Anny Poursinoff, député des Yvelines (Rambouillet), et Joslen Reekers, conseillère municipale chargée de l’environnement à la mairie de Montreuil, se sont jointes à l’opération, ce qui les rend passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 75.000 euros et deux mois de prison ferme », relate l’AFP. Selon l’Aspro, ces peines font suite à la dernière loi d’orientation agricole de 2006, qui punit « celui qui vend ou donne un produit non homologué, en détient des bidons ou en diffuse la recette ».

Et pourtant, il n’est pas très difficile de trouver ces produits hors-la-loi dans le commerce. Une simple recherche sur internet fait découvrir que la société Vert Innov propose dans son catalogue « la solution écologique pour vos plantes : VitaNeem ». « Nous avons le droit de commercialiser les produits, mais sans dire à quoi ils servent », se justifie son gérant Didier Bougeard. Certes, mais dans son catalogue, cette « solution écologique » est bien définie comme « antifongique, nematicide et insecticide ». Une mention qui n’est pas conforme à l’article L 253-1 du code rural, puisque ce produit ne bénéficie d’aucune AMM ! Or, Vert Innov n’a jamais été inquiétée par les services de fraudes. Mieux, sa société-mère, Navimpex, a signé le 20 avril 2010 un accord de partenariat avec la Direction Régionale des Douanes et Droits Indirects de Paris-Est. 

 « Elle a reçu de cette dernière une autorisation de procédure de dédouanement avec domiciliation unique, dite PDU. 

En clair, Navimpex effectue par elle-même ses propres déclarations d’importation et d’exportation. 

Cette année sur la France, l’an prochain dans toute la Communauté Européenne. 

Une preuve de confiance qui nous honore, et un premier pas vers le statut d’opérateur économique agréé (OEA) », commente Didier Bougeard...

Accorder le statut d’opérateur économique agréé à une société qui propose dans son catalogue des produits interdits à la vente, et qui est de surcroît membre-fondateur d’une association de « receleurs de produits interdits », il fallait y penser !

politique agriculture biologique

Articles analogues