actualités 11 | 10 | 2007

Du pollen contaminé par nosema ceranae !

Il est bien dommage que l’étude Detection of infective Nosema ceranae (Microsporidia) spores in corbicular pollen of forager honeybees, publiée le 11 juin 2007 dans le Journal of Invertebrate Pathology, soit passée aussi inaperçue en France. Car cette publication donne quelques clés pour comprendre les infestations rapides et les réinfestations par le protozoaire nosema ceranae d’une ruche à l’autre, et d’une colonie à l’autre.

Jusqu’à présent, la plupart des spécialistes s’accordaient à dire que les infestations de type nosémose étaient provoquées soit par les déjections des abeilles à l’intérieur ou à l’extérieur des ruches, soit par le fait que les abeilles s’abreuvent collectivement dans des flaques d’eau souillées par des excréments d’abeilles infestées, soit par la dérive des abeilles d’une ruche à l’autre. Or, cette nouvelle étude est la première à décrire une contamination par le pollen. Durant le printemps, une partie des cadres contenant des provisions de pollen et de miel sont en effet utilisés par certains apiculteurs pour créer de nouvelles colonies. Ensuite, lors de la saison apicole, des colonies d’abeilles peuvent être rassemblées pour renforcer des essaims affaiblis. Ainsi, un certain nombre de cadres contenant des provisions de pollen sont redonnés aux nouvelles colonies. La présence de nosema ceranae dans le pollen, mise en évidence par l’étude, explique donc le mode de transmission de ce pathogène d’une génération d’abeilles à la suivante, d’où la diffusion particulièrement rapide du parasite. Une autre étude sur les causes probables du syndrome de dépeuplement des abeilles aux Etats-Unis (CCD), réalisée par l’équipe du Pr Diana Cox-Foster et rendue publique le 6 septembre 2007, montre que jusqu’à 92,1 % des ruches analysées aux Etats-Unis sont porteuses de nosema ceranae !

En France, l’étude Presence of Nosema ceranae in French honey bee colonies, réalisée par Marie-Pierre Chauzat et Jean-Paul Faucon de l’unité de pathologie des abeilles de l’Afssa, et publiée dans le Journal of Apicultural Research en mars 2007, montre que nosema ceranae est également présent en France, et ce au moins depuis 2002. Plus de 65 % des échantillons d’abeilles analysés ont en effet révélé la présence du protozoaire.

Or, cette contamination ne risque pas de diminuer dans la mesure où cette information est absente des revues apicoles à grand tirage !

Télécharger l’étude "Detection of infective Nosema ceranae (Microsporidia) spores in
corbicular pollen of forager honeybees"
publiée dans Journal of INVERTEBRATE PATHOLOGY

apiculture

Articles analogues