Intelligence Verte : « l'homme a découvert le feu, et c'est là que tout a dérapé »

actualités 20 | 12 | 2010

Intelligence Verte : « l’homme a découvert le feu, et c’est là que tout a dérapé »

Dans la livraison de décembre 2010 du journal d’Intelligence Verte, l’association présidée par le célèbre militant bio Philippe Desbrosses publie des textes d’une surprenante profondeur. Comme celui qui révèle « un truc de grand-mère, une tradition simple comme bonjour », qui permet de « soulager les gaz ». Plus sérieusement, Intelligence Verte s’est posé cette question philosophique : « Pourquoi l’être humain détruit-il la terre ? ». L’association avance une « nouvelle théorie », qui permet de comprendre « pourquoi l’homme est si violent avec la nature et tout ce qui est vivant, y compris ses semblables ».

Selon sa théorie, la source du problème remonte à « des milliers et des milliers d’années, quand l’homme a commencé à utiliser le feu pour se nourrir ». C’est-à-dire à l’époque idyllique où « l’homme et la femme vivaient dans un paradis et avaient à disposition une nourriture à base de fruits et légumes, sauvages et variés ». « Ils n’avaient qu’à tendre la main pour se nourrir. Ils se nourrissaient d’alimentation vivante sans même en avoir conscience », note l’auteur. Hélas, cette période heureuse ne dura guère et entraîna un terrible événement : la maîtrise du feu. Intelligence Verte commente ainsi le drame : « Mais un jour, l’homme a dû quitter ce paradis, peut-être pour s’adapter au nombre grandissant de la population. Pour survivre sur des terres plus hostiles qui n’avaient pas cette abondante nourriture, il a dû se mettre à chasser et à cultiver. Puis il a découvert le feu, et c’est là que tout a dérapé : il s’est mis à cuire ses aliments, tuant ainsi sans le vouloir les éléments vivants de sa nourriture. » « Depuis, l’homme s’est habitué sans s’en rendre compte à manger des aliments morts, qui le nourrissent moins, qui peut-être le rendent malade. Et progressivement c’est devenu normal pour lui de supprimer la vie », poursuit Intelligence Verte. Or, manger des aliments morts est une véritable « maladie mentale », estime l’association bio de Philippe Desbrosses, qui propose comme remède le retour – certes progressif – vers « une alimentation vivante ». Ce qui « permet de soigner à la fois l’homme et la terre ». Elle conclut : « C’est un mode de vie qui nous rend plus vivant, qui diminue notre pulsion de mort et nous pousse vers un plus grand respect pour tout ce qui vit. Pourquoi ne pas essayer ? » D’autant plus que « sans être un adepte radical de l’alimentation vivante, intégrer dans son alimentation quotidienne plus de fruits et légumes crus, tout juste cueillis, ne peut être que bénéfique pour votre santé et celle de la terre. »

Pour faciliter ce passage en douceur vers une alimentation vivante, Intelligence Verte organise donc des séminaires d’initiation à sa « Nouvelle cuisine bio ». Animés par Pascale Fromonot, « adepte du bio depuis bientôt 30 ans et passionnée par la recherche d’une nouvelle cuisine », ils permettent entre autres de découvrir comment remplacer « le steak haché frites ou les saucisses par un plat de quinoa ». Pour ceux qui ne peuvent se déplacer, Intelligence Verte propose de s’abonner à la brochure « Nouvelle Cuisine Bio », « un petit livret qui vous permet d’apprendre progressivement la cuisine bio et de modifier vos comportements alimentaires ». Le tout pour la modique somme de 10 euros par mois, payable par Visa, MasterCard et Paypal... Un mode de paiement, qui, lui, est postérieur à la maîtrise du feu...

http://www.intelligenceverte.org/z841.asp

écologie politique

Articles analogues