actualités 11 | 10 | 2007

L’amnésie du Professeur Belpomme et la vente de prestations

Le très médiatique Dominique Belpomme serait revenu sur ses propos concernant le fameux « désastre sanitaire aux Antilles » formulés dans le quotidien Le Parisien le 17 septembre 2007 suite à la publication de son « rapport » sur le chlordécone aux Antilles, explique le site Alerte-Environnement. En réalité, Dominique Belpomme n’est pas revenu sur ses propos...

Il a soudainement été atteint d’une amnésie profonde ! Au cours de l’émission « Toutes les Frances » diffusée le 1er octobre sur , il a ainsi déclaré que « ce terme de “désastre sanitaire” n’existe pas dans le rapport. Le mot n’a jamais été prononcé dans le rapport. » Or, que lit-on en page 42 de celui-ci ?

Pire, Dominique Belpomme affirme même : « il n’y a pas de désastre sanitaire. Je ne l’ai jamais dit. ». Alors que dans la retranscription de son entretien publiée le 17 septembre dans Le Parisien, on peut lire :

Jean-Marc Plantade, chef du service économie du Parisien, aurait-il mal transcrit les pensées profondes du cancérologue ? D’autant plus que, toujours sur France Ô, Dominique Belpomme s’exclame : « Je ne peux pas tolérer le mensonge ! ».

En tout cas, Christian Estrosi, secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, a trouvé le cancérologue « beaucoup plus modéré que certains commentateurs essayaient de le faire apparaître », comme on peut le lire dans une dépêche de l’AFP du 2 octobre. Car Dominique Belpomme, qui prédisait « une affaire plus grave que le sang contaminé », lui aurait assuré aujourd’hui ne faire « aucune corrélation entre le chlordécone et les cancers de la prostate ». Il en est même tellement convaincu qu’il recommande curieusement aux services de l’Etat et aux planteurs de bananes de réaliser « une étude complémentaire » à ce sujet ! Celle en cours de l’Inserm, qui consiste à suivre 2.400 personnes, ne serait pas suffisante à ses yeux. Il se propose donc - pour la modique somme de 200.000 euros, selon le devis que Marianne s’est procuré - de réaliser une étude supplémentaire qui porterait en tout et pour tout sur 60 personnes : 25 sujets atteints de cancer de la prostate, 15 sujets sains et 20 nouveaux-nés ! De quoi rassurer « les amis planteurs de bananes » du cancérologue, après tout le vacarme qu’a fait son coup médiatique !

santé

Articles analogues