Le MDRGF joue la transparence…

actualités 29 | 06 | 2009

Le MDRGF joue la transparence…

Face aux critiques portant sur son manque de transparence (le baromètre 2009 de transparence des ONG, figurant sur le site de la Fondation Prometheus, donne la note de 2 sur 10 au MDRGF), l’association de François Veillerette a enfin mis en ligne quelques éléments concernant ses activités et son bilan. En réalité, il s’agit du compte rendu de son assemblée générale de janvier 2007, c’est-à-dire des activités portant sur l’année 2006 ! Bref, pas de quoi découvrir grand-chose, sinon que la petite vingtaine de sympathisants présents ont réélu François Veillerette à la tête du mouvement (qu’il a fondé il y a maintenant douze ans). En l’absence de la plupart des membres de son conseil d’administration, François Veillerette a dressé un tableau élogieux de l’évolution de l’association. Des 36 adhérents de 2002, le MDRGF est passé à 350 fin 2006. Ces derniers proviennent essentiellement de Picardie, d’Ile-de-France et des régions Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées. « Ce qui correspond aux principaux lieux d’intervention (conférences et actions diverses) de l’association », précise le compte rendu. Le texte rappelle que l’association a donné en 2006 une petite cinquantaine de conférences et surtout qu’elle a « rédigé ou collaboré à la rédaction d’articles de presse (demande d’information par les journalistes, interviews…) ». A l’époque, 120 journalistes étaient régulièrement contactés par le MDRGF, ce qui a permis à François Veillerette de se faire largement connaître dans les médias, notamment audiovisuels.

Son rapport financier, présenté par le président et par le trésorier, Patrick Malacart, indique que l’association disposait alors d’un budget de 105.000 euros, couverts aux deux-tiers par des donations (essentiellement de fondations, dont 25.000 euros de la Fondation Jimmy Goldsmith [1]. Environ 9.000 euros sont venus des adhésions, tandis que 7.000 euros supplémentaires ont été récoltés grâce à la vente de documentation ; le solde étant constitué de subventions de l’Etat. L’essentiel des dépenses (environ 50%) concernait le coût des deux salariés.

Contacté par A&E, François Veillerette a promis que les comptes rendus d’AG des années 2008 et 2009 seraient disponibles « dès la refonte du site ». On y découvrira un budget sensiblement identique, avec une forte progression des adhésions (« autour de mille », selon le patron du MDRGF).

-----

Bilan du MDRGF exercice 2006

[1Source : Hélène GASSIN, Les associations française de protection de l’environnement, Rapport de recherche pour la JMG Foundation, Février 2007.

Générations Futures/MDRGF écologie politique

Articles analogues