Marine Le Pen, Guy Kastler et les endives

actualités 11 | 02 | 2011

Marine Le Pen, Guy Kastler et les endives

Pris d’un élan de populisme caractérisé, Marine Le Pen a déclaré la guerre à l’endive rouge. Selon la nouvelle patronne du FN, celle-ci serait en réalité un redoutable OGM. C’est en tout cas ce qu’elle a affirmé lors d’une séance du Conseil régional de Nord-Picardie sur l’attribution d’un soutien financier à un projet de développement porté par l’association des producteurs d’endives français (Apef), afin de poursuivre le travail de sélection des endives rouges. « Dans ce dossier, on parle de l’introduction de la stérilité mâle dans les lignées d’endives rouges », s’est indignée Marine Le Pen, qui en a donc immédiatement conclu qu’« on est là en plein dans les OGM ». « Ça c’est des OGM. A partir du moment où il y a introduction de la stérilité mâle dans des lignées d’endives rouges, c’est de l’OGM. Ça n’est rien d’autre que cela. C’est de l’OGM », a-t-elle martelé face au représentant d’Europe Ecologie-Les Verts, Jean-Louis Robillard, visiblement pas très à l’aise sur ce dossier. Il aurait pu se renseigner auprès de Guy Kastler, porte-parole de Nature & Progrès, qui considère lui aussi que l’introduction de la stérilité mâle cytoplasmique (CMS) dans une plante transforme celle-ci en OGM. Or, cette propriété – qui existe à l’état naturel chez de nombreuses plantes, notamment chez la carotte, le radis et l’oignon – est obtenue par une technique utilisée depuis plus de trente ans : la fusion de protoplastes. Ce qui explique que ces variétés sont aussi cultivées en agriculture biologique. Seuls les adeptes de Rudolf Steiner et de l’agriculture biodynamique les ont, depuis peu, interdites de culture.

Mais alors, pourquoi cette soudaine mise en cause de l’endive rouge ? Selon Marine Le Pen, c’est parce qu’« on est exactement dans les opérations qui visent à interdire aux paysans, leur retirer leur droit essentiel, qui est le droit de réensemencer. En cela on suit le mauvais exemple de Monsanto ». Un discours qui fait consensus entre l’extrême droite et l’extrême gauche. « En page annexe, il est bien dit que c’est une semence Terminator, qui n’est pas destinée à se reproduire, donc c’est du Monsanto, c’est clair ! », a doctement expliqué Jean-Richard Sulzer, le fidèle bras droit de Marine Le Pen.

Les producteurs d’endives rouges répartis entre le Nord de la France et la Bretagne peuvent donc dormir tranquilles : Marine Le Pen veille à leur indépendance. Sauf qu’aucun d’entre eux ne produit ses propres semences d’endives. Et pour cause ! L’endive est une plante bisannuelle dont le développement se fait en deux phases. La première phase dure du printemps à l’automne. Après une période de dormance et de vernalisation sous l’effet du froid hivernal, vient la seconde phase où la racine utilise ses réserves et alimente son bourgeon qui va former une hampe florale et produire des graines. Or, pour obtenir une endive, le producteur interrompt le cycle à la fin de la première phase et récolte la racine : il ne peut donc pas obtenir de graines, sauf à ne rien récolter et attendre un an de plus ! « C’est en effet ce qu’on faisait, il y a un demi siècle, mais aujourd’hui c’est terminé. Tous les producteurs d’endives achètent leurs semences chaque année afin de pouvoir récolter chaque année une production homogène, régulière et de qualité », explique Michel Marle, responsable du projet endives de l’Apef. Les producteurs seront donc très heureux d’apprendre que la subvention de 150.000 euros demandée à la région pour permettre le développement de ces belles endives au goût légèrement sucré et rappelant la noisette a été reportée à cause de l’intervention bien maladroite de Marine Le Pen.

politique

Articles analogues