OGM : l'Argentine va-t-elle abandonner sa politique dite « de miroir » ?

actualités 22 | 06 | 2009

OGM : l’Argentine va-t-elle abandonner sa politique dite « de miroir » ?

Alors que la liste Europe-Ecologie promet une Europe sans OGM, un diplomate argentin a laissé entendre que son pays envisageait d’abandonner sa politique dite « de miroir ». Cette politique consiste à n’autoriser la mise en culture de variétés transgéniques qu’à la condition qu’elles soient autorisées à l’importation en Europe. C’est en tout cas ce qu’a indiqué Gustavo Idigoras, le ministre-conseiller argentin pour les affaires agricoles, lors de la conférence annuelle du Conseil international des céréales (ICI), qui s’est tenue à Londres le 9 juin 2009. « Depuis 1996, l’Argentine mène une politique neutre vis-à-vis de l’Europe en matière d’OGM. Or, cette politique nous a coûté depuis dix ans 2 milliards de dollars », a indiqué Gustavo Idigoras. L’Argentine envisage de ne plus déterminer sa politique sur les biotechnologies en fonction des choix des Européens, a déclaré le ministre-conseiller, qui estime que ce changement pourrait intervenir avant la fin de l’année avec une variété de maïs transgénique.

Cette décision va encore accroître la pression sur l’Union européenne, qui fait preuve de beaucoup de lenteur dans son processus d’autorisation des variétés transgéniques pouvant être importées en Europe. Alors qu’un seul OGM est autorisé à la culture dans l’Union, seize variétés différentes d’OGM (maïs, soja, betterave et colza) entrent déjà en Europe principalement pour l’alimentation animale (un secteur totalement dépendant de l’importation de soja). Or, la nouvelle politique argentine est un signe fort de la part d’un des principaux fournisseurs de soja de l’Union. L’Europe pourra difficilement se tourner vers des pays qui n’ont officiellement pas autorisé la culture de soja OGM, comme par exemple l’Ukraine. Lors d’un voyage de presse organisé par l’Association française des journalistes agricoles (Afja) du 10 au 17 mai 2009, plusieurs responsables ukrainiens ont en effet affirmé que sur le million de tonnes de soja produit par ce pays, plus de 70% étaient en réalité issus de plantes transgéniques (essentiellement des variétés résistantes au Roundup). Des propos confirmés par Yuriy Davydov, directeur du groupe Créativ, l’une des plus importantes usines de trituration de soja du pays.

ogm biotechnologie

Articles analogues