actualités 23 | 01 | 2009

OGM : MMe Pascale Briand refuse-t-elle de rendre public un avis de l’Afssa sur le MON 810 ?

En septembre 2008, la Direction de la santé avait saisi l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) pour obtenir un avis sur le fameux rapport du Pr Yvon Le Maho, censé contenir les arguments justifiant la demande de clause de sauvegarde française sur le maïs mon 810. Comme le révèle le texte de la saisine, signé le 5 septembre 2008 par Sophie Delaporte, directrice générale adjointe de la santé, une « expertise collégiale » devait être réalisée « dans un délai d’un mois », c’est-à-dire pour le 5 octobre 2008. Or, depuis, c’est le silence radio.

Comment expliquer qu’après presque six mois, l’Afssa n’ait toujours rien publié à ce sujet ? Les experts de l’agence ne considéraient-ils pas ce dossier comme important ? N’auraient-ils pas eu le temps d’en discuter ? Ceci serait d’autant plus curieux que le 29 octobre 2008, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa/Aesa) a rendu public un texte qui démonte un par un les arguments présentés dans le rapport Le Maho. Une tâche pas très difficile, comme l’ont également démontré Agnès Ricroch et Jean-Baptiste Bergé dans leur propre analyse critique dudit rapport, publiée sur le site de A&E . Reste une autre hypothèse : l’avis défavorable au rapport Le Maho serait déjà sur le bureau de Mme Pascale Briand, directrice de l’Afssa, en attente d’une simple signature. Dans ce cas, pourquoi tarderait-elle à le rendre public ?

La réponse est simple : sortir cet avis émanant des meilleurs scientifiques français met en évidence la non pertinence scientifique du rapport Le Maho, et donc de la clause de sauvegarde française ! Or, publier ce texte, alors que la Commission Européenne a transmis aux Etats-membres une proposition afin de lever la clause de sauvegarde sur la culture du maïs MON 810, affaiblirait considérablement la position du gouvernement français.

Mme Briand tient donc entre ses mains un document bien dérangeant, que certains voudraient bien voir disparaître...

biotechnologie

Articles analogues