Pas de crise alimentaire mondiale à l'horizon, estime la FAO

actualités 30 | 09 | 2010

Pas de crise alimentaire mondiale à l’horizon, estime la FAO

Réunis à Rome sous l’égide de la FAO le 24 septembre 2010, des experts de 75 pays ont estimé que « rien ne laisse présager qu’une crise alimentaire mondiale soit imminente ». Avec une production de céréales prévue aux alentours de 2.240 millions de tonnes (riz compris), le cru 2010 reste largement l’un des meilleurs : seulement 1% de moins que le résultat de l’an dernier et troisième récolte de tous les temps. En revanche, les experts ont reconnu que la volatilité des prix (montée en flèche de 60 à 80 % des cours internationaux du blé depuis juillet, et de 40% de ceux du maïs) reste une menace sérieuse pour la sécurité alimentaire. Pourtant, « l’offre et la demande mondiales de céréales semblent se maintenir en équilibre ». Rien n’explique donc cette hausse brutale, sinon « les politiques d’intervention nationale et les comportements spéculatifs, faisant suite aux pertes de récolte inattendues dans certains grands pays exportateurs », indiquent les experts. Ils ont surtout identifié « le lien croissant avec les marchés externes, en particulier l’impact de la financiarisation sur les marchés à terme ». Afin d’atténuer la volatilité des prix alimentaires, ils préconisent la mise en place de « nouveaux mécanismes visant à accroître la transparence et à gérer les risques liés aux nouvelles sources d’instabilité des marchés »... sans toutefois apporter d’explications plus précises quant à la nature de ces nouveaux mécanismes.

Une hausse des prix contrastée

Selon le rapport Perspectives de récoltes et situation alimentaire, la hausse des prix du blé et de la farine de blé de ces deux derniers mois n’est cependant pas la règle. Si certains pays affichent une montée en flèche, d’autres accusent même une baisse des prix. Ainsi, l’Afghanistan connaît une hausse de 24% en moyenne, la Mongolie, de 23%, le Tadjikistan, de 22% et le Bangladesh, de 21%. En revanche, en Amérique latine, les prix de la farine de blé sont pour l’instant généralement stables, tandis qu’en Afrique orientale et australe, les prix des céréales étaient inférieurs à leur niveau d’avant la crise alimentaire, à l’exception du Soudan, où en dépit des baisses récentes, les prix du sorgho, l’aliment de base, sont demeurés élevés.

agronomie

Articles analogues