Un recul sans précédent des échanges agroalimentaires !

actualités 22 | 07 | 2009

Un recul sans précédent des échanges agroalimentaires !

La France est-elle encore une grande puissance agricole ? Après la publication en juillet 2009 des chiffres sur le commerce extérieur agroalimentaire, publiés par le ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture, la question mérite d’être posée. En effet, « le solde cumulé du commerce extérieur agroalimentaire a fondu depuis le début de l’année, passant de 3.647 millions d’euros sur les cinq premiers mois de 2008, à 1.702 millions à la fin mai », indique l’agence de presse agricole AgraPresse. La perte pour les cinq premiers mois de l’année 2009 est donc de près de 2 milliards d’euros.

Cette dégradation s’est amplifiée en mai 2009, notamment du fait d’un recul de 20% du revenu des exportations des céréales (blé, maïs et orge), en baisse de 221 millions d’euros (essentiellement à cause de la chute de leur prix). Résultat : l’excédent des échanges agroalimentaires français de mai 2009 a diminué de 327 millions par rapport à mai 2008 (c’est-à-dire moins 58% !), comme l’indique Agreste Conjoncture, qui précise que « ce recul est du à la contraction deux fois plus marquée des exportations que des importations ». Si la baisse affecte surtout le commerce avec l’Union européenne (-17%), elle est également présente avec les pays tiers (-9%).

Les produits bruts ne sont pas les seuls en cause, puisque les produits transformés accusent aussi une baisse : moins 61% pour les cinq premiers mois de 2009 par rapport à 2008 ! Le solde des produits transformés s’élevait en effet à 2.153 millions d’euros pour les cinq premiers mois de 2008, alors qu’il est tombé à 840 millions pour la même période en 2009. Cette chute de plus de 1,3 milliard d’euros s’explique par le plongeon des exportations de vin et de champagne (-24%), des eaux minérales (-29%), du lait et de ses produits dérivés (-29%), mais aussi des produits à base de céréales (-19%).

Toujours selon Agreste Conjoncture, le déficit français en fruits se confirme (-690 millions d’euros pour les cinq premiers mois de 2009), ainsi que celui des légumes (-170 millions d’euros). Mêmes conclusions pour la viande bovine (-85 millions d’euros) et pour la viande d’agneau, dont les importations ne cessent de progresser (+7% durant les cinq premiers mois de l’année), alors que la production française, elle, a chuté de 10%. « Le maintien de la consommation des ménages s’est donc de nouveau fait au profit de viandes d’importation (Irlande, Royaume-Uni et Nouvelle-Zélande principalement », commente AgraPresse.

Enfin, « la France devient déficitaire avec les pays tiers, comme le Brésil, avec -32 millions d’euros, contre +55 millions en mai 2008, entre autres du fait d’un boom des importations de soja », indique AgraPresse, qui pense que « les décisions du bilan de la PAC devraient permettre d’inverser la tendance ». A voir...

agro-alimentaire

Articles analogues