actualités 27 | 07 | 2006

Valeurs Vertes rompt avec la théorie dominante sur la cause des mortalités d’abeilles

Dans son numéro du 17 juillet 2006, Valeurs Vertes publie un dossier inédit sur les mortalités d’abeilles. « Deux ans après l’imbroglio politico-médiatique sur les abeilles et l’interdiction de pesticides, les abeilles meurent toujours », souligne le magazine pionnier du développement durable. Il rappelle que « le dernier rapport de l’EFSA (Agence européenne pour la sécurité des aliments) semble innocenter le fipronil (Régent TS)  ». Selon l’enquête réalisée par Valeurs Vertes, la cause des mortalités d’abeilles ne résiderait pas dans l’usage du Gaucho et du Régent TS, deux pesticides incriminés par quelques apiculteurs militants.

S’appuyant sur les résultats rendus publics par le groupe de recherche Abeilles de l’Académie d’Agriculture, Valeurs Vertes affirme que les principales causes des mortalités se partagent entre le manque de biodiversité, les maladies (dont la varroase), la malnutrition, les aléas climatiques (hiver rude et été sec) et enfin les intoxications. « Les scientifiques et les apiculteurs sur le terrain s’accordent à dire qu’il existe une conjonction de causes expliquant la mortalité des abeilles », explique Valeurs Vertes. Selon Philippe Lecompte, apiculteur bio à Reims, « au mois d’août, la biodisponibilité (alimentation) pour les abeilles décroît (en raison notamment de la hausse des températures), alors que le risque Varroa est maximal. Elles sont donc surexposées. A partir du moment où cet agent pathogène touche l’abeille, il la fragilise et facilite l’arrivée d’autres maladies dites opportunistes. Celles-ci profitent de l’entrée du virus pour s’engouffrer dans la brèche. C’est le cas de la nosémose par exemple, une autre maladie qui fait des ravages ». Pour l’apiculteur, la mise à mal de la biodiversité constitue la cause majeure de l’hécatombe des abeilles, qui deviennent sensibles à d’autres agressions. C’est la raison pour laquelle il participe à des « expériences inédites, bénéfiques pour les apiculteurs et les agriculteurs, [qui] ont été mises en place dans différents départements  ». Il s’agit « de terrains agricoles inutilisés qui sont transformés en jachères apicoles (polliniques) pour observer le comportement des abeilles. Celles-ci y trouvent des fleurs très riches en pollen (seule source de protéine pour elles) et nectar (pour la fabrication du miel). L’objectif de ces jachères est de réintroduire la biodiversité dans l’espace rural et d’apporter une variété de nourriture pour les abeilles. Résultat : elles ont une meilleure santé et un meilleur rendement en miel  ».

Valeurs Vertes est disponible en kiosque ou par internet : http://www.valeursvertes.com

apiculture

Articles analogues