édito 09 | 10 | 2005

Ça sent le soufre à Millançay

Comme tous les mois de septembre depuis quatorze ans, Philippe Desbrosses organise sa grande messe bio à Millançay, réunissant quelque 150 « adeptes » prêts à payer plus de 140 euros - hors frais d’hébergement - pour boire les paroles du fondateur d’Intelligence Verte et de ses invités. Au programme cette année : Thierry Thévenot du WWF, Dominique Belpomme, nouvellement converti à l’agriculture bio, Lylian Le Goff de France Nature Environnement, Albert Jacquard et Corinne Lepage, davantage à l’aise en présence d’une audience écolo-spiritualiste qu’avec les élus de l’UMP. Ambiance plutôt décontractée avec, au menu végétarien, des produits de la région garantis sans pesticides, soirée dansante vieille France, échanges de pratiques agricoles bio et conseils en médecine alternative... Bref, pas de quoi s’inquiéter.

Mais derrière cette façade écolo-rétro, les discours plutôt musclés relèvent du style apocalyptique et messianique. « L’agriculture industrielle, c’est le Titanic de notre civilisation », déclare Philippe Desbrosses. Avec son nouveau mouvement Objectif Bio 2007, il organise actuellement une tournée pour expliquer que «  nous sommes face à la faute majeure de notre civilisation  », et que « notre maison brûle.  » Il faut agir vite car «  2007, c’est peut-être notre dernier grand rendez-vous démocratique », avant qu’on ne « nous impose l’écologie de manière dictatoriale, parce qu’on ne pourra pas faire autrement.  » Le problème, c’est que « la plupart des médias appartiennent au lobby militaro-industriel pétrochimique.  » Heureusement que des milliers de personnes commencent à se mobiliser, à l’instar des faucheurs volontaires sur qui le fondateur d’Intelligence Verte « porte le même regard que [ses] parents sur la résistance contre le nazisme  ». Car, on s’en doutait, bientôt « les pesticides seront décrétés crime contre l’humanité.  »

En matière de dérapage verbal et d’amalgames déplacés, on fait difficilement mieux. C’est presque comme si l’on comparait Philippe Desbrosses à Walther Darré. Pourtant, la tentation est forte, puisque comme le président d’Intelligence Verte, Walther Darré était un farouche adversaire de la société urbaine et industrielle soi-disant contrôlée par les puissants lobbies, et un grand admirateur des thèses ésotériques de Rudolf Steiner, prônant végétarisme et médecine douce. Comme Philippe Desbrosses également, il était un adepte du retour à la terre et des petites fermes paysannes, pratiquant de préférence l’agriculture bio-dynamique (qui consiste à utiliser « l’énergie cosmique », et dont le fondateur n’est autre que Rudolf Steiner). Walther Darré est d’ailleurs à l’origine de la grande époque de l’agriculture bio-dynamique dans son pays, avec plus de 2000 exploitations enregistrées. Il était, de 1933 à 1942, le ministre de l’Agriculture... d’Adolf Hitler !

écologie politique

Articles analogues