Moins de 50 euros par an consacrés au bio !

édito 12 | 02 | 2009

Moins de 50 euros par an consacrés au bio !

Le montant moyen consacré par ménage français aux produits d’alimentatioet d’hygiène bio s’élève à moins de 50 euros par an ! C’est ce que révèle une étude de consommation réalisée par TNS Worldpanel sur un panel de
20 000 ménages représentatifs de la population française et rendue publique le 12 janvier 2009. Alors que plus de 80 % des ménages interrogés estiment être attachés à la préservation des ressources de la planète, l’étude démontre que le bio a bien du mal à s’imposer comme « acte citoyen » dans la population. Certes, ce marché est « en pleine croissance », et il résiste alors que la baisse du pouvoir d’achat s’accentue. « Tout le monde en achète, mais très peu souvent », tempère toutefois Stéphanie Poupinneau, responsable de l’étude. Le Syndicat national de l’industrie des viandes indique qu’en 2007, les viandes bio françaises ont représenté 0,6 % des abattages de gros bovins, 0,21 % des abattages de veaux et 0,7 % de ceux d’agneaux ! Stéphanie Poupinneau note néanmoins que « deux millions de foyers ont été « recrutés » en trois ans ». En 2008, 79 % des foyers français ont en effet acheté au moins un produit bio, contre 71 % il y a trois ans. Bien entendu, le nombre considérable de reportages sur les « risques alimentaires » ne sont pas étrangers à cette augmentation... ni l’effort publicitaire engagé par les grands groupes de distribution, qui captent ce nouveau marché à travers leurs propres marques ! Monoprix, Casino, Auchan et Système U sont aujourd’hui indéniablement les grands gagnants de cette vague verte, indique d’ailleurs l’étude.

Mais ces nouveaux consommateurs sont-ils pour autant satisfaits ? C’est ce que TNS Worldpanel a cherché à savoir en établissant une typologie spécifique permettant de différencier les motivations des acheteurs. Les « consommateurs responsables », les plus engagés, représentent 10 % des acheteurs bio. Il s’agit essentiellement de couples de plus de 35 ans, aux revenus élevés, « qui ont fait [du bio] leur mode de vie ». Ces « biocitoyens », préoccupés par leur alimentation et par l’écologie, « souhaitent manger sain et authentique ». Surtout lorsqu’un enfant en bas âge fait partie du foyer ! Or, curieusement, ces citoyens modèles – qui relèvent la moyenne
nationale – effectuent à peine 24 actes d’achats bio en moyenne par an et consacrent un montant inférieur à 150 euros à l’ensemble de leurs produits bio et équitables – y compris le papier toilette bio, « un des marchés les plus mûrs en taille de clientèle avec les oeufs, le lait, l’huile et les produits vaisselle » ! Sachant que le budget moyen utilisé par foyer français pour les produits de grande consommation et les produits frais s’élève à 2 700 euros, les « biocitoyens » consacrent donc en moyenne 5,4 % de leur budget aux produits bio. Autrement dit, environ 95 % de leur budget va encore et toujours à la nourriture issue de l’agriculture conventionnelle.

À l’autre bout de l’échelle, « les désengagés », qui représentent « deux-tiers
des acheteurs de Bios-Verts-Équitables, […] sont aujourd’hui peu convaincus par ce type de produits »
, admet Stéphanie Poupinneau. « Ils sont moins nombreux que la moyenne des acheteurs bio à penser que le goût, la qualité et les vertus sanitaires des produits bio sont supérieurs à ceux des produits conventionnels », précise la responsable de l’étude. Au final, l’étude de TNS Wordlpanel aura le mérite de rappeler que le bon sens populaire est quelquefois plus éclairé que le discours bien-pensant de certains responsables politiques.

économie agriculture biologique

Articles analogues