Le flirt des écologistes avec la réacosphère

ecologie reacosphere
17 Partages

Dans un petit article publié le 15 novembre dernier dans L’Humanité, le journaliste Lionel Venturini s’intéressait à un certain Fabien Niezgoda dont le « profil très droitier embarrasse la liste Urgence Écologie », une liste née du rapprochement du MEI (Mouvement écologiste indépendant) d’Antoine Waechter, avec Génération écologie, présidée par Delphine Batho, et le Mouvement des Progressistes, qui a été fondé par Robert Hue.

Et pour cause. Ce proche d’Antoine Waechter, avec qui il a co-écrit Le sens de l’écologie politique, avait déjà suscité une polémique lorsqu’il s’était rendu « à titre personnel » à un colloque de la droite identitaire à Béziers, le 28 mai 2018. Interrogé à ce moment-là par Le Monde, Fabien Niezgoda avait répondu ne pas se sentir « spécialement gêné » par les prises de position du maire de Béziers. « Sa critique de l’immigration, je m’y retrouve », avait alors affirmé celui qui partage « assez largement » les thèses d’Alain de Benoist, figure de la Nouvelle Droite, et l’un des fondateurs du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE).

« Niezgoda, collaborateur de la revue de la Nouvelle Droite Éléments, a notamment appelé à voter Marine Le Pen à la présidentielle », rappelle Lionel Venturini, dont l’information a été diffusée sur Twitter par l’essayiste et sociologue Valéry Rasplus. « Ce n’est pas la première fois que le MEI, positionné “ni droite ni gauche”, accueille des profils d’extrême droite. Longtemps, Jean Brière eut des responsabilités au MEI, avant de se faire exclure des Verts pour antisémitisme », poursuit le journaliste de L’Huma.

L’alliance troublante d’EELV

Cependant, le parti écolo de Delphine Batho n’est pas le seul à s’acoquiner avec l’aile conservatrice de l’écologie politique. C’est en effet également le cas d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), qui vient de sceller un accord avec l’Alliance écologiste indépendante (AEI) de Jean-Marc Governatori. Yannick Jadot lui a ainsi offert trois places, dont deux en position éligible.

Or, comme l’analyse le site bien informé Ecolopedia.fr : « L’AEI voit également graviter autour d’elle certaines personnalités proches des milieux réactionnaires. Ainsi, en 2017, en vue des législatives, Governatori a créé le Mouvement 100 %, dont l’un des porte-parole est Nicole Delépine qui, notamment, animait en 2016-2017 une émission sur TV Libertés, une webtélé d’extrême droite fondée par des anciens du FN. Lors de ces élections, l’un des candidats de l’AEI était Patrick d’Hondt (alias Tepa), animateur de la webtélé Meta TV, réputée dans la fachosphère et les milieux conspirationnistes.»

Enfin, Michèle Rivasi, quant à elle, n’avait pas hésité à accepter l’invitation de Nicole Delépine sur TV Libertés en janvier 2017 pour y parler du danger des pesticides, en compagnie du très controversé professeur Gilles-Éric Séralini. Tout cela, très certainement, dans l’intérêt de la convergence des luttes…

17 Partages