AccueilDécryptageÉco-anxiété : au-delà des crises, comprendre la "sur-anxiété" française

Éco-anxiété : au-delà des crises, comprendre la « sur-anxiété » française

La « sur-anxiété » française ( ou éco-anxiété ), juste une histoire de crises à répétition ? Et si ce mal avait (entre autres) pour origine la pression du mouvement écologiste ?

L’éco-anxiété : terreau d’une radicalisation écologiste

De plus en plus d’articles dans la presse font état d’un pessimisme grandissant dans la population française, notamment chez les jeunes. Nous sommes devenus à nouveau le pays qui utilise le plus d’antidépresseurs. Alors effectivement, oui, c’est vrai, il y a eu le covid. Il y a la crise en Ukraine qui peut justifier une partie de cette anxiété qui existe en France. Enfin, les crises ont toujours existé, donc là-dessus il n’y a rien de nouveau. 

Lire aussi : L’éco-anxiété, terreau d’une radicalisation écologiste

« Peur de la fin du monde »  «  Sauver la planète »  « Sauver le climat » « arrêter de consommer »  

La raison pour laquelle je pense qu’il y a ce phénomène en France, c’est quelque chose de beaucoup plus français et de beaucoup, beaucoup plus profond. 

Ce pays subit, depuis une dizaine d’années au minimum, la pression du mouvement écologiste qui fonctionne précisément sur l’anxiété. La peur de la fin du monde, il faut sauver la planète qui serait en danger, il faut sauver le climat. Il faut arrêter de consommer, avec toujours des mesures d’interdiction parce que si on ne fait pas ça, c’est la catastrophe. On nous annonce la catastrophe tous les deux ans, tous les trois ans, tous les quatre ans sur le climat, etc. 

En agriculture, des solutions existent pour la fertilisation ou la diminution des pesticides 

En réalité, je pense que ce problème, il faut le prendre à l’envers. Bien entendu qu’il y a des soucis. Bien entendu qu’il faut faire quelque chose pour améliorer les conditions de l’environnement. Mais justement, la bonne nouvelle c’est que nous avons la créativité pour le faire. 

Nous avons des solutions pour le faire et dans le monde agricole on le voit, elles apparaissent de plus en plus. Pour la fertilisation, par exemple, on nous promet beaucoup de chose. Vous pourrez le lire dans un des articles d’Agriculture et Environnement. En ce qui concerne la diminution des pesticides, il y a des technologies qui vont permettre  d’arriver à l’excellents résultats qui sont le fruit de la science, le fruit du progrès.

Créativité et volonté politique

Donc, plutôt que d’être pessimiste et d’être paralysé par cette peur et cette anxiété, la véritable attitude à avoir, c’est effectivement de croire profondément dans l’Homme et de se dire oui, nous avons la possibilité pour résoudre ces problèmes. Et tout cela ça demande tout simplement une volonté politique.

Cette volonté politique, il faut qu’on la retrouve de manière commune dans les années à venir si on veut sortir la France de ce pessimisme.

Sur le même sujet :

Dans la même rubrique

Inflation : entre la décroissance des écologistes et la souveraineté alimentaire, il faut choisir !

Pour faire face à l’inflation des prix alimentaires : entre la décroissance des écologistes et une agriculture productive, il faut choisir ! Un appel...