Séralini : le prix de l’ego

« Scientifique international de l’année 2011 » : c’est le prix ô combien prestigieux qui vient d’être décerné par l’International Biographical Centre of Cambridge (Grande-Bretagne) au professeur Gilles-Éric Séralini, « pour ses nombreux travaux de recherche sur les effets des OGM et des pesticides sur la santé ». C’est en tout cas ce qu’a annoncé fin février 2012 le site du Criigen de Corinne Lepage, qui reproduit en pièce à conviction le diplôme sur lequel apparaît la trombine de l’intéressé.

Flatté de cette reconnaissance – plutôt rare en ce qui concerne ses travaux scientifiques –, Gilles-Éric Séralini n’a pas vérifié l’exacte nature de ce prix que ses amis du Criigen affichent fièrement. Mal lui en a pris ! Car il aurait découvert que l’International Biographical Centre of Cambridge (IBC) n’a rien à voir avec l’Université de Cambridge ! Et surtout, que son activité consiste à publier des dictionnaires biographiques… et à vendre des diplômes honorifiques bidons ! Pas moins de 70 prix différents, qui vont du scientifique de l’année au musicien de l’année en passant par celui du leadership mondial, ont en effet été décernés par l’IBC. Le procédé utilisé est similaire à celui qui consiste à envoyer régulièrement des courriers annonçant que l’on a gagné le gros lot. Ainsi, l’IBC envoie à ses nombreuses « futures vedettes » une lettre dans laquelle est indiqué : « Nous sommes heureux de confirmer votre nomination en tant que scientifique [ou autre qualification] international de l’année ». Dans ce même courrier, il est précisé que pour obtenir ce « prestigieux » diplôme, comportant la photo de l’heureux élu, il suffit d’adresser par retour de courrier la modique somme de 370 dollars (275 euros). Une vraie arnaque, facilement débusquable ! En effet, une simple consultation de l’article concernant l’IBC sur Wikipedia permet de connaître la nature de ses activités dans les moindres détails…

De nombreux témoignages de scientifiques dénonçant ces pratiques fleurissent sur internet. Spécialisé dans la dénonciation d’arnaques, le site Scamnet, du département du commerce australien, « conseille aux gens de considérer attentivement combien ils sont prêts à payer pour gonfler leur ego ». On connaît désormais le prix de celui de M. Séralini…

 

Références

http://en.wikipedia.org/wiki/International_Biographical_Centre

http://www.scamnet.wa.gov.au/scamnet/Types_Of_Scams-Directory_Listings_and_registry_schemes-International_Biographical_Centre.htm

http://snailstales.blogspot.com/2005/08/open-letter-to-wise-guys-at.html

Derniers articles

pesticides un rapport biaise (1)

Pesticides : encore un rapport biaisé

Un rapport publié par trois ONG tente de convaincre que le coût économique des pesticides serait, pour les consommateurs, de loin supérieur aux bénéfices....
plante-score agribalise

Planet-score : un étiquetage conçu par et pour le bio

Afin de préserver la belle image de ses produits, le lobby du bio lance un nouvel étiquetage baptisé Planet-score. Retour sur sa genèse Le ralentissement...
transgenese nbt

Les NBT vont-elles rendre la transgénèse obsolète ?

Souvent présentées comme une alternative à la transgénèse, les NBT n’ont pourtant pas vocation à les remplacer. Entretien avec Agnès Ricroch et Marcel Kuntz,...
cour justice union europeenne cjue

Le cadre juridique est le principal obstacle au développement des NBT, selon Claude Tabel

À l’occasion des journées de l’UFS (Union française des semenciers), son président Claude Tabel a fait le point pour A&E sur la question des...
gil riviere wekstein edito A&E

« Don’t Look Up » : la technologie, seul espoir

Depuis sa sortie, le 24 décembre, le film d’Adam McKay Don’t Look Up fait un tabac sur Netflix, notamment auprès des écologistes. Il propose une satire...

Dans la même rubrique

Les NBT vont-elles rendre la transgénèse obsolète ?

Souvent présentées comme une alternative à la transgénèse, les NBT n’ont pourtant pas vocation à les remplacer. Entretien avec Agnès Ricroch et Marcel Kuntz,...