Un rapport bidon, estime l’ANPP

En réaction à la campagne de Greenpeace contre les pommes, l’Association nationale pommes poires (ANPP) a vivement réagi par la voix de son président, Daniel Sauvaitre. « C’est un rapport bidon que vient de publier Greenpeace ce matin », a dénoncé l’ANPP, qui accuse l’ONG écolo de tirer des « conclusions mensongères ». « Greenpeace abuse les consommateurs et les médias sans avoir jamais mis les pieds dans un verger et rencontré les pomiculteurs », poursuit le communiqué, qui souligne « l’ignorance agronomique » de la multinationale verte. « Greenpeace préconise des solutions alternatives dont la quasi-totalité est déjà mise en place depuis… plus de vingt ans par les producteurs français », ironise l’association, qui n’hésite pas à rendre publique la longue liste d’erreurs et de contrevérités contenues dans le prétendu rapport.

Ainsi, l’ANPP se demande comment Greenpeace peut conclure sur la qualité sanitaire des fruits – le titre de son rapport –, alors que les 85 échantillons étudiés ont été prélevés en début de cycle végétatif, dans l’eau et les sols, et non pas sur les fruits. En ce qui concerne la France, le rapport se résume à… 11 échantillons prélevés en avril ! Rien sur le protocole, les méthodes d’analyse ni la logique dans le choix des sites. Et comme par hasard, aucune analyse de cuivre, de soufre ou de pyrèthres, des fongicides et insecticides largement utilisés en agriculture bio.

Et ce n’est pas tout ! Alors que Greenpeace fait état de « mildiou sur vergers de pommiers belges », l’ANPP rappelle qu’il n’existe pas de races de mildiou sur vergers. Elle note également que le Spruzit, un insecticide à base de pyrèthres recommandé par Greenpeace, n’est pas homologué en France sur pommiers, et qu’il n’est donc pas utilisable. Sauf à pousser les pomiculteurs dans l’illégalité ! Idem pour l’extrait de Quassia, recommandé par Greenpeace contre l’Hoplocampe du pommier, et qui est interdit d’usage en France.

Mais le plus pathétique reste les propositions de l’association verte pour lutter contre Dysaphis plantaginea (le puceron cendré que Greenpeace traduit –mal– par puceron rose). « Greenpeace propose le retrait physique hors de la parcelle ! Comment retirer physiquement chaque puceron ? », s’interroge avec stupéfaction l’ANPP. Enfin, la multinationale verte propose l’usage de la poudre de Derris, dont le principe actif est la roténone, une molécule interdite dans l’Union européenne en raison de sa toxicité et de sa responsabilité avérée dans la maladie de Parkinson. Un comble pour une association qui prétend défendre la santé du consommateur !

Derniers articles

plante-score agribalise

Planet-score : un étiquetage conçu par et pour le bio

Afin de préserver la belle image de ses produits, le lobby du bio lance un nouvel étiquetage baptisé Planet-score. Retour sur sa genèse Le ralentissement...
transgenese nbt

Les NBT vont-elles rendre la transgénèse obsolète ?

Souvent présentées comme une alternative à la transgénèse, les NBT n’ont pourtant pas vocation à les remplacer. Entretien avec Agnès Ricroch et Marcel Kuntz,...
cour justice union europeenne cjue

Le cadre juridique est le principal obstacle au développement des NBT, selon Claude Tabel

À l’occasion des journées de l’UFS (Union française des semenciers), son président Claude Tabel a fait le point pour A&E sur la question des...
gil riviere wekstein edito A&E

« Don’t Look Up » : la technologie, seul espoir

Depuis sa sortie, le 24 décembre, le film d’Adam McKay Don’t Look Up fait un tabac sur Netflix, notamment auprès des écologistes. Il propose une satire...
sondage BVA UFS agriculture agribashing

Deux sondages soulignent l’importance de la communication

Deux récents sondages suggèrent que les prises de paroles du monde agricole, notamment sur les réseaux sociaux, apportent un effet très positif auprès du...

Dans la même rubrique

Le mariage du bio-business avec le business du New Age

Les théories ésotériques sont-elles inscrites dans l’ADN du mouvement de l’agriculture biologique ? La réponse est incontestablement affirmative En écho aux thèses loufoques sur les « forces cosmiques »...