La décroissance comme seul moteur idéologique

Le 30 mars, au moment où le Conseil de l’agriculture française, regroupant la FNSEA, les Jeunes agriculteurs et les chambres d’agriculture, invitait à Besançon les douze candidats à l’élection présidentielle pour une audition sur leur programme agricole, une vingtaine d’associations écologistes se réunissaient pour manifester leurs inquiétudes concernant « l’orientation politique proposée à court terme par le gouvernement » ainsi que « les adaptations apportées à la stratégie européenne “De la ferme à la fourchette” ».

Lire aussi : présidentielles 2022 : programmes agricoles des candidats

En effet, le simple fait d’avoir envisagé de « produire plus » pour répondre à la crise alimentaire que provoque le conflit ukrainien a déchaîné un ouragan de critiques de la part de l’écolo-altermondialisme. « “Produire plus” pour répondre à un manque de disponibilité n’est pas la solution », objectent ces associations, persuadées que « nous produisons suffisamment de nourriture pour nourrir l’ensemble de l’humanité  ». Certes, elles prennent acte du risque de pénurie alimentaire « à moyen terme (12 à 18 mois) ». Une inquiétude d’ailleurs partagée par la frange la plus radicale de l’écologie politique elle-même, comme en témoignent les propos tenus par le député européen Benoît Biteau dans une tribune publiée le 31 mars dans le quotidien Les Échos : « La situation est grave. La diminution de la disponibilité entraînée par la guerre a provoqué une augmentation inquiétante des prix agricoles, amplifiée par la spéculation sur les marchés à termes. Cette situation fait émerger un second problème : l’accessibilité économique à la nourriture de base. » Mais, pour le député Biteau comme pour les vingt associations écologistes, le responsable est tout trouvé : « Cette crise majeure qui s’annonce est le résultat de plusieurs décennies de libéralisation de l’agriculture. »

Il faudrait donc « sortir du dogme libéral », tout remettre à plat, et « produire autrement  ». Ou plus précisément produire moins de céréales pour les élevages en réduisant la consommation de viande mondiale, et ne produire des céréales qu’à usage alimentaire, ce qui augmenterait la consommation d’énergies fossiles. Un comble pour ces acteurs qui se prétendent soucieux du climat !

Et, surtout, il faudrait maintenir en l’état le projet de la Commission « Farm to fork », alors qu’il a été établi que cette stratégie va réduire la production agricole européenne, et donc fragiliser encore davantage l’indépendance alimentaire de notre continent… Ce discours trahit les véritables intentions de l’écologie politique, qui ne viseraient finalement qu’à imposer un projet antilibéral et décroissant   hélas portée par la Commission européenne…

Derniers articles

éco-anxiété terreau radicalisation écologiste

L’éco-anxiété, terreau d’une radicalisation écologiste

La peur de l'apocalypse écologique se répand chez les jeunes. Phénomène inquiétant, à l'origine d'une radicalisation. Profitant du long week-end de Pâques, quelques centaines de...
condamnation arboriculteur

Justice : la scandaleuse condamnation d’un arboriculteur

L'enquête de la journaliste du Point Géraldine Wœssner sur un arboriculteur-pomiculteur de l'Isère, condamné pour avoir répandu un produit phytopharmaceutique dans ses champs de...
TourTournesol Anses VrTH importation Ukraine

Le communiqué de presse de l’Anses sur les VrTH sème la confusion

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. On a pu le vérifier une fois de plus après le communiqué de presse de...
Aymaric Caron Nupes legistive 2022 C a vous

Aymeric Caron : l’aile antispéciste et malthusienne de la Nupes

Pour les législatives 2022, l’alliance avec le parti antispéciste d’Aymeric Caron confirme que LFI n’hésite pas à courtiser l’aile la plus radicale de l’écologisme Le...
jean luc melanchon marche contre monsanto

Mélenchon en « Ecolo Maximo » à la Marche contre Monsanto-Bayer

À l’occasion de la 10e édition de la Marche contre Monsanto-Bayer et l’agrochimie, Mélenchon s’est revendiqué des théories complotistes loufoques de la militante indienne...

Dans la même rubrique

Gouvernement Borne : à boire et à manger !

La nomination d’Élisabeth Borne en tant que cheffe du gouvernement est-elle une bonne chose pour le monde agricole ? S’il est encore trop tôt...