Nicolas Hulot – Pierre Rabhi / Graines de possibles

Monsieur 30.000 euros prône la sobriété

Après la publication en avril 2004 de son best-seller Le Syndrome du Titanic, vendu à 160 000 exemplaires, Nicolas Hulot a récidivé en octobre 2005 avec Graines de possibles. Cet ouvrage se présente comme une confrontation d’idées entre « le baroudeur médiatique » et « le Saharien frugal » Pierre Rabhi, chantre de la décroissance.

Sur un ton évidemment apocalyptique, Nicolas et Pierre expliquent pêle-mêle les raisons pour lesquelles « le mode de vie urbain est aliénant pour l’être humain », la technologie est « un grave accident » et l’agriculture moderne, « l’une des plaies sanitaires environnementales de notre pays ». Les deux hommes se demandent d’ailleurs si « les dommages produits par le progrès [ne sont pas] plus élevés que les bénéfices qu’on en a retirés », et s’ils ne devraient pas ensemble « organiser une sorte de “lobby des consciences” » afin de modifier le comportement des individus. Car pour éviter la fin du monde, il faut que les êtres humains comprennent rapidement la nécessité d’un « comportement moins dispendieux ».

Pour Nicolas, le globe-trotter, « le consommateur doit encourager prioritairement les produits de proximité ». Pierre, lui, estime qu’il faut « s’affranchir de la dépendance pétrolière » et préférer « les petites fermes à traction animale ». Il est vrai que le père de l’agro-écologie, adepte du philosophe autrichien Ivan Illich, a vécu treize ans sans électricité : « Nous nous éclairions à la bougie, nous n’avions pas de téléphone et nous avons appris à faire beaucoup d’économies ». Aujourd’hui, il « roule en voiture, voyage en avion pour [ses] programmes de solidarité internationale et s’éclaire à l’électricité nucléaire ». Il possède même – comble de l’hérésie – « des machines agricoles pour travailler la terre » !

De son côté, le réalisateur de l’émission TV Ushuaïa avoue sans honte que s’il était « un enfant matérialiste », il demeure « encore un mauvais élève ». Selon le directeur général adjoint de TF1 Entreprises, Hubert Taieb, l’émission de l’apôtre de l’écologie coûte en effet la bagatelle d’1 million d’euros par épisode, ce qui en fait de loin l’une des productions les plus onéreuses de la chaîne privée. Rémunéré par la filiale de TF1 Yagan Productions, Nicolas Hulot touche encore aujourd’hui la modique somme de 30 000 euros par mois pour sa prestation d’animateur ! Visiblement, il est plus facile de changer ses habitudes sur le papier…

Graines de possibles
Regards croisés sur l’écologie
Nicolas Hulot – Pierre Rabhi
Editions Calmann-Lévy
Prix 18,5 euros – septembre 2005

Derniers articles

pesticides un rapport biaise (1)

Pesticides : encore un rapport biaisé

Un rapport publié par trois ONG tente de convaincre que le coût économique des pesticides serait, pour les consommateurs, de loin supérieur aux bénéfices....
plante-score agribalise

Planet-score : un étiquetage conçu par et pour le bio

Afin de préserver la belle image de ses produits, le lobby du bio lance un nouvel étiquetage baptisé Planet-score. Retour sur sa genèse Le ralentissement...
transgenese nbt

Les NBT vont-elles rendre la transgénèse obsolète ?

Souvent présentées comme une alternative à la transgénèse, les NBT n’ont pourtant pas vocation à les remplacer. Entretien avec Agnès Ricroch et Marcel Kuntz,...
cour justice union europeenne cjue

Le cadre juridique est le principal obstacle au développement des NBT, selon Claude Tabel

À l’occasion des journées de l’UFS (Union française des semenciers), son président Claude Tabel a fait le point pour A&E sur la question des...
gil riviere wekstein edito A&E

« Don’t Look Up » : la technologie, seul espoir

Depuis sa sortie, le 24 décembre, le film d’Adam McKay Don’t Look Up fait un tabac sur Netflix, notamment auprès des écologistes. Il propose une satire...

Dans la même rubrique

À propos du projet politique des antispécistes

En rabaissant l’homme à sa simple composante biologique afin de supprimer toute hiérarchie entre les hommes et les animaux, le mouvement antispéciste sonne le...