Une sélection de perles extraites du livre de MM. Nicolino et Veillerette

Que Fabrice Nicolino et François Veillerette ne soient pas des spécialistes des pesticides est une vérité qui ne demande plus à être démontrée. Mais que des journalistes professionnels trouvent dans l’ouvrage des deux militants, Pesticides, révélations d’un scandale français, un « récit si instructif, avec des personnages hauts en couleur et de nombreuses révélations » est plutôt cocasse ! C’est pourtant bien ce qu’écrit Eliane Patriarca dans un article paru dans Libération le 1er mars 2007 au sujet de ce qu’elle considère comme une « enquête qui permet de comprendre comment la France a basculé, depuis la Libération, dans une agriculture dopée aux pesticides ».

1: «A la fin de la guerre, se produit un miracle : l’invention du premier pesticide de synthèse, le DDT ».
Faux. De nombreux pesticides de synthèse sont antérieurs au DDT. C’est le cas par exemple du dinitro-ortho-crésol (DNOC), qui a été synthétisé à la fin des années 20 et breveté en France par Truffaut et Pastac en 1932 pour le désherbage des céréales, ou encore de la phénothiazine, qui a été synthétisée dès 1935.

2: «Sans le chlore, pas de chimie, pas de pesticides… ».
Faux. Le glyphosate ne comporte pas de chlore. Et c’est l’herbicide le plus utilisé dans le monde !

3: «La preuve : le Danemark a interdit [le Round-up] …en 2003. »
Faux. Le Round-Up est toujours homologué au Danemark.

4: «En août 2006, nouvelle compilation de l’Ifen : cette fois, tenez-vous bien, 96% des cours d’eau et 61% des eaux souterraines contiennent au moins un pesticide. »

Faux. C’est dans 96 % des points de prélèvements et non 96% des cours d’eau ; une précision qui figure dans le rapport de l’Ifen !

5: Le parathion est attribué à Monsanto.
Faux. Il a été découvert par le Dr Gerard Schrader pour la société IG Farben dans les année trente.

6: «La Comtox, composée uniquement d’experts en toxicologie ».
Faux. Il y a des spécialistes du sol, de l’environnement, de l’eau, des médecins, des universitaires, des représentants de différents ministères (Santé, Ecologie) et des écotoxicologues…

7: «Car le méchant juge décide de suspendre du même mouvement l’autorisation de commercialiser le Régent ».
Faux. Le juge Guary n’a rien interdit, c’est Hervé Gaymard qui a suspendu la commercialisation des traitements de semences à base de Régent.

8: « Et le soja transgénique résistant au Round-Up a entraîné une augmentation des ventes de l’insecticide de 72% »
Faux. le Roundup est un herbicide et non un
insecticide. Quelle maîtrise du sujet !

9 « Le fipronil a toutes les chances de passer dans le lait, de s’y fixer et de contaminer ensuite ceux qui le boivent. Nous ».

Faux. Aucune étude n’a jamais mis en évidence la moindre trace de fipronil dans le lait.

10 La présence de pesticides dans les eaux serait en « augmentation constante depuis des décennies ».

Faux. Dans le rapport de l’Ifen de 2006, on peut lire que les valeurs de 2004 « sont très proches de celles figurant dans le sixième bilan annuel des pesticides dans les eaux, relatives à l’année 2002 ». En outre, les résultats ne sont systématiquement communiqués par l’Ifen que depuis 1998 (donc pas des décennies).

11 « Le constat sur le terrain est terrifiant. On glisse, on dérape sur des tapis d’abeilles mortes ».

Faux. Aucune des études réalisées sur le terrain n’a mis en évidence des « tapis d’abeilles mortes ». Selon Eric Thybaud, en charge du dossier Gaucho pour la ComTox, « on n’a jamais réussi à montrer [les effondrements d’abeilles décrits par les apiculteurs] sur les études de terrain. »

12 « Si on donne à l’insecte une plante gorgée d’un pesticide qu’elle produit, il s’habitue bien mieux que si vous lui infligiez une forte dose chimique à un moment particulier de sa vie. »
Faux. Le maïs Bt a une efficacité supérieure à un traitement insecticide sur la pyrale.

13 « Pour combattre nématodes, charançons ou champignons sur le bananier, il faut venir, repasser, revenir encore. Et pulvériser. Sur la plante ».

Faux. Hormis les fongicides, effectivement appliqués sur la plante, tous les autres traitements sont effectués au pied des plantes.

14 « Par précaution, précisons que dans les lignes qui suivent, nous n’affirmerons rien d’autre que notre grande ignorance ».
VRAI !!! Mais diable, pourquoi alors avoir écrit ce livre ?

Derniers articles

milidou vigne cuivre credit @AEGRWmilidou vigne credit @AEGRW

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...
ecologie politique radical

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...
conflit interet glyphosate

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Irrigation, passons aux actes pour des exploitations durables rappelle Jean-Marc Scwartz de AGPM maïs

Jean-Marc Schwartz, secrétaire général adjoint de  @agpm_mais : Irrigation après les belles paroles, il est temps de passer aux actes pour avoir des exploitations durables Il...
fruits emballage plastique2

La fausse bonne idée de la fin des emballages plastiques

« La colère gronde chez les industriels du plastique et dans la filière des fruits et légumes opposés à la fin des emballages plastiques...

Dans la même rubrique

Le mariage du bio-business avec le business du New Age

Les théories ésotériques sont-elles inscrites dans l’ADN du mouvement de l’agriculture biologique ? La réponse est incontestablement affirmative En écho aux thèses loufoques sur les « forces cosmiques »...