Pas de crise alimentaire mondiale à l’horizon, estime la FAO

Réunis à Rome sous l’égide de la FAO le 24 septembre 2010, des experts de 75 pays ont estimé que « rien ne laisse présager qu’une crise alimentaire mondiale soit imminente ». Avec une production de céréales prévue aux alentours de 2.240 millions de tonnes (riz compris), le cru 2010 reste largement l’un des meilleurs : seulement 1% de moins que le résultat de l’an dernier et troisième récolte de tous les temps. En revanche, les experts ont reconnu que la volatilité des prix (montée en flèche de 60 à 80 % des cours internationaux du blé depuis juillet, et de 40% de ceux du maïs) reste une menace sérieuse pour la sécurité alimentaire. Pourtant, « l’offre et la demande mondiales de céréales semblent se maintenir en équilibre ». Rien n’explique donc cette hausse brutale, sinon « les politiques d’intervention nationale et les comportements spéculatifs, faisant suite aux pertes de récolte inattendues dans certains grands pays exportateurs », indiquent les experts. Ils ont surtout identifié « le lien croissant avec les marchés externes, en particulier l’impact de la financiarisation sur les marchés à terme ». Afin d’atténuer la volatilité des prix alimentaires, ils préconisent la mise en place de « nouveaux mécanismes visant à accroître la transparence et à gérer les risques liés aux nouvelles sources d’instabilité des marchés »… sans toutefois apporter d’explications plus précises quant à la nature de ces nouveaux mécanismes.

Une hausse des prix contrastée

Selon le rapport Perspectives de récoltes et situation alimentaire, la hausse des prix du blé et de la farine de blé de ces deux derniers mois n’est cependant pas la règle. Si certains pays affichent une montée en flèche, d’autres accusent même une baisse des prix. Ainsi, l’Afghanistan connaît une hausse de 24% en moyenne, la Mongolie, de 23%, le Tadjikistan, de 22% et le Bangladesh, de 21%. En revanche, en Amérique latine, les prix de la farine de blé sont pour l’instant généralement stables, tandis qu’en Afrique orientale et australe, les prix des céréales étaient inférieurs à leur niveau d’avant la crise alimentaire, à l’exception du Soudan, où en dépit des baisses récentes, les prix du sorgho, l’aliment de base, sont demeurés élevés.

Derniers articles

An Zéro. Comment le Luxembourg a disparu

De l’art de manipuler l’opinion avec de vraies informations

Le secteur agricole n’est pas épargné par la diffusion de fake news. Mais souvent, l’agribashing repose sur une manipulation, bien plus insidieuse, d’informations exactes En...
logo ufc que choisir

Les dérives de l’UFC-Que Choisir

Bénéficiant d’une réputation de fiabilité, certaines associations de consommateurs calquent leur discours sur celui d’ONG écologistes au risque de délivrer une information biaisée Selon un...
milidou vigne cuivre credit @AEGRWmilidou vigne credit @AEGRW

Les NBT : une solution à l’impasse du cuivre

En février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu publique une « cartographie » sur...
ecologie politique radical

La France des villes et la France des champs, une fracture française

France des villes / France des champs : la fracture française ne pourra se résorber en faisant uniquement de l’écologie politique. Analyse des perspectives...
conflit interet glyphosate

Glyphosate : un article entaché de conflits d’intérêts

Une publication dans une revue scientifique prétend confirmer l'exposition de l'ensemble de la population au glyphosate sur la base d'analyses très controversées. Rien d'étonnant,...

Dans la même rubrique

Le plan protéines est une très bonne chose pour François Arnoux mais…

Le plan protéines est très bonne chose encore faut-il avoir les moyens de lutter contre les ravageurs du colza. Le plan protéines c’est une très...