AccueilMédiasL’eurodéputée Sarah Wiener, entre biobusiness et anthroposophie

L’eurodéputée Sarah Wiener, entre biobusiness et anthroposophie

Le web média français Contexte rapporte que, selon plusieurs sources parlementaires, le groupe Verts/ALE dirigera les travaux pour établir le mandat du Parlement européen sur le règlement relatif à l’usage durable des pesticides (SUR, selon l’acronyme anglais). Les écologistes n’ont pas perdu de temps et ont désigné leur rapporteure, en l’occurrence l’eurodéputée autrichienne Sarah Wiener. Cette dernière a confié à Contexte : « Nous allons rédiger une première version en septembre, et ensuite la bataille pourra commencer. »

Célèbre depuis une quinzaine d’années pour ses émissions Les aventures culinaires de Sarah Wiener diffusées sur Arte, celle-ci est à la fois agricultrice bio et cheffe d’entreprise dans le secteur alimentaire bio, notamment avec le Sarah Wiener Gruppe. Fondé en 2004, ce groupe, qui comprenait au départ six entreprises de restauration, une association commerciale et une fondation, compte à son actif la publication de dix-sept livres et la réalisation d’une centaine de programmes télévisuels avec Arte et la télévision autrichienne ainsi qu’à la radio. En 2013, une gamme de produits à son effigie a été lancée, comprenant des pâtes d’épices des mélanges de céréales ou encore du café. Sarah Wiener a donc tout intérêt à renforcer les contraintes qui pourront entraîner des difficultés supplémentaires pour l’agriculture conventionnelle, d’autant que la crise du Covid a durement affecté ses activités lucratives.

Lire aussi : Le mariage du bio-business avec le business du new-age

On ne peut également qu’être troublé par la proximité de Sarah Wiener avec les milieux de l’anthroposophie et de l’agriculture biodynamique, adeptes de l’occultiste autrichien Rudolf Steiner. Dans son enfance, elle a fréquenté pendant trois ans l’école Rudolf Steiner de Vienne, avant d’être renvoyée faute d’avoir pu s’intégrer. Toutefois, Sarah Wiener estime que « l’école Steiner a semé en [elle] quelques graines, dont certaines n’ont germé que bien plus tard ». De fait, en 2007, elle a lancé la Fondation Sarah Wiener « pour des enfants en bonne santé et des aliments sains », à savoir des aliments forcément bio ou biodynamiques. Rien d’étonnant à cela puisque Demeter, la marque de certification des produits alimentaires biodynamiques, est cofondatrice de sa fondation, tout comme Henner Ehringhaus, ancien administrateur de la GLS (banque anthroposophe), de Weleda (cosmétiques anthroposophes), et administrateur actuel de la Fondation Mahle, inspirée des préceptes de Rudolf Steiner. La GLS est également partenaire de la fondation de Sarah Wiener. Dans sa boulangerie berlinoise Wiener Brot, les produits proposés sont tous labellisés Demeter. « Sarah Wiener s’engage depuis des années pour Demeter, par exemple dans la culture biodynamique des céréales », note pour sa part le site de Demeter, qui se réjouit de « l’éminent nouveau membre de la communauté biodynamique [qui] a opté pour une offre Demeter petite et raffinée ».

Lire aussi : L’agriculture biodynamique est-elle une alternative sérieuse ?/ Baliverne #20

Pas étonnant de voir que l’association préférée du lobby du bio, Générations Futures, a été la première à s’enthousiasmer de savoir Sarah Wiener en charge de ce rapport si sensible sur les pesticides !

Pour aller plus loin :

Dans la même rubrique

Le diable caché dans les articles de Foucart, journaliste au Monde

Alors que le journaliste du Monde Stéphane Foucart se défend de tout lien avec le lobby du bio, nombre de ses articles reprennent, avec...