Droit de réponse du Professeur Séralini

actualités 20 | 03 | 2012

Droit de réponse du Professeur Séralini

Bonjour Monsieur,

Je réponds à votre article sur « Le prix de l’égo » que vous n’avez pas eu le courage de m’envoyer. Je suis surpris que votre organisme qui a la même opinion que les compagnies de biotechnologies et leurs défenseurs condamnés en diffamation épluche aussi rapidement et en permanence mon CV, parle de manière diffamatoire de ma ’trombine’ pour ma photo. Aussi j’en profite pour vous envoyer certains de nos articles publiés dans des revues internationales à comité de lecture, ce que ne font pas ces lobbyistes en général, ni vous-même qui semblez vous arroger le droit de juger en sciences. Les agences où figurent les membres de ces lobbys ne publient que des opinions sur des sites Web, comme vous, pour les critiquer, ce qui n’est pas assez pour atteindre la communauté scientifique internationale qui me félicite régulièrement.
Sachez que plus de 1200 chercheurs de 30 pays m’ont défendu dans le procès en diffamation qu’a perdu M. Fellous, et que cela n’a pas été étranger à mon prix de l’IBC qui publie le « Who’s Who ».
Le paiement que je n’ai pas effectué moi-même est demandé pour la médaille de la légion d’honneur, de l’ordre du mérite, l’habit de l’Académie Française et d’autres cas. Critiquez-vous aussi cela ? Possible.
Je compte sur votre honnêteté pour publier ce droit de réponse.

RÉPONSE DE A&E

Votre courrier témoigne d’une surprenante obstination à ne pas vouloir voir l’évidence : le prix du « Scientifique international de l’année 2011 » relève de ce que les Anglo-saxons appellent le « vanity scam », littéralement l’arnaque à la vanité. 

1- Contrairement à la Grande Chancellerie, qui attribue la Légion d’honneur, l’International Biographical Centre (IBC), n’est rien d’autre qu’une entreprise commerciale dont les recettes proviennent en partie de la vente de « prix » en tous genres. En général, ils présentent des titres pompeux comme « Greatest Living Legend », « International Man of the Millennium », « International Man of the Year », « International Order of Merit Illuminated Testimonial », « Outstanding Scientist of the 21th Century », flatteur pour l’ego de clients de l’IBC. Bien entendu, aucun de ces prix n’a de valeur en dehors de celle du chèque encaissé par l’IBC et de celle que le titulaire du titre veut bien lui attribuer (voir les exemples ci-joints)

2- Contrairement à ce que vous affirmez, l’IBC ne publie pas – et n’a jamais publié –, le « Who’s Who », propriété exclusive depuis 1897 d’A&C Black Publishers, basé à Londres.

3- Les activités de l’IBC, qui relèvent davantage de l’arnaque commerciale que de la consécration de mérites divers, sont dénoncées régulièrement et depuis longtemps (notamment sur le site Scamnet du département du commerce de l’Australie Occidentale). Par ailleurs, de nombreux scientifiques ont publié sur internet des mises en garde – souvent sarcastiques – contre les pratiques ridicules de l’IBC.





- http://www.scamnet.wa.gov.au/scamnet/Types_Of_Scams-Directory_Listings_and_registry_schemes-International_Biographical_Centre.htm

- http://snailstales.blogspot.com/2005/08/open-letter-to-wise-guys-at.html

- http://recursed.blogspot.com/2007/07/academic-vanity-scams.html

Gilles-Eric Séralini ogm biotechnologie